Zone de Texte: L'amour 



 




































































Comment expliquer l'amour ?



Les dictionnaires donnent des définitions semblables : « Élan du cœur, attachement, passion. Sentiment passionné, élan physique ou sentimental entre deux personnes. Ces définitions très sommaires donnent des composantes générales de l'amour, mais, pas plus que les manuels de psychologie qui vous donneront des explications telles qu’« Élan du cœur qui nous porte vers un autre être ».

Sigmund Freud disait : « L'amour connaît toutes sortes de degrés et de variété qui sont autant d'expressions d'un seul et même ensemble de tendances ».

Laissons de côté les considérations philosophiques qui traitent d'un sujet aussi vaste : aucune n'explique ce qu'est l'amour, toutes portent sur ses manifestations, ses modes d'affirmation, ses déviations et ses conséquences. Je me contenterai d'aborder le seul sujet qui n'ait jamais été expliqué : « Pourquoi l'amour existe-t-il ? ».

Le mot amour, vient de l'âme. Quoi de plus simple : il nous donne directement son origine : l'âme. Or, nous savons que, ce que les religions appellent l'âme, n'est autre que le corps astral.

Considérons un autre aspect des définitions données dans les dictionnaires : nous retrouvons toujours le mot « cœur ».

Il en va de même chez les artistes (poètes, chanteurs, peintres, dessinateurs, etc.), tous symbolisent l'amour par le cœur.

Pourquoi toutes ces similitudes entre les dictionnaires (élan du cœur), les artistes (dessin d'un cœur pour symboliser l'amour), et les amoureux (je te donne mon cœur » ; « ton départ m'a brisé le cœur »). Le mot « cœur » revient toujours.

Nous avons donc deux éléments couramment employés, sur la Terre entière, pour traduire l'amour : l'âme et le cœur : pourquoi ?

Il est difficile de parler de l'âme sans penser à la religion et faire certaines allusions à une « intervention » divine, ou astrale.

En ce qui concerne le cœur, le dessin de l'as de cœur est la forme du cœur qui symbolise l'amour : avez-vous remarqué que cette forme (voir ci-dessous) est bien différente de l'aspect du vrai cœur, de celui qui palpite dans notre poitrine.

C'est au corps astral que nous devons cette forme « symbolique » du cœur : l'aura de l'homme a effectivement une forme qui rappelle celle de l'as de cœur, symbole de l'amour.

                                   					Forme symbolique du cœur 	                  Forme du cœur humain 	










	


La pratique de l'hypnose confirme mes convictions : Suite aux observations que j'ai faites de l'aura humaine.

Il est toujours difficile de se faire une opinion définitive en partant d'un seul mode d'observation, or, des dizaines de personnes qui, sous hypnose profonde retrouvent une vision « aurique », ont fait les mêmes constatations : la majorité des zones d'émission d'ondes ou vibrations auriques partent de la tête en montant et la contournent en suivant le volume du corps physique à une distance qui varie de 3 à 25-30 centimètres selon les individus et leur état de santé.

L'aura s'élargit ensuite au niveau des épaules pour se réduire au niveau des pieds, de sorte que, schématiquement, l'aura de l'homme, ou de la femme, présente sensiblement la forme d'un as de cœur, en moins régulier évidemment.

Ce n'est donc pas un hasard si la forme du cœur, symbole de l'amour, n'a pas la forme du cœur physique mais celui de l'aura, rayonnement (champ électromagnétique) du corps astral : le cœur de la vie ou de l'âme si vous préférez.

De plus, l'amour provoque un accroissement sensible de nos vibrations auriques nettement visible au niveau de l'aura : chez une personne amoureuse l'aura s'élargit et gagne en « luminosité ». Ce phénomène est comparable à celui de l'hypnose positive (par fascination ou par télépathie), mais plus atténué en intensité.

Le « cœur aurique » est donc plus « volumineux » sous l'effet des sentiments amoureux, rien d'étonnant après cela que les artistes, personnes généralement plus sensibles que les autres et chez qui la possibilité de voir l'aura n'est pas rare, aient remarqué ce phénomène et l'aient symbolisé par un cœur de la forme de l'as de cœur.

Cette appellation cœur vient simplement du fait que sous l'effet des sentiments amoureux, notre cœur physique bat souvent plus vite (action du corps éthérique dû à un apport énergétique supplémentaire). Ce symbole est parfaitement adapté à la désignation de l'amour car l'amour est un pur produit du corps astral.

N'est-ce pas aussi par les yeux, « miroirs de l'âme », que l'amour se traduit le mieux ?

L'amour est donc un élément indispensable à l'équilibre vital (stimulation des fonctions des « atomes-germes » provoquée par des échanges énergétiques de polarité complémentaire), se révélant un puissant stimulateur vibratoire pour l'ensemble des fonctions du corps éthérique.

L'amitié peut jouer aussi un rôle analogue, mais de bien plus faible intensité. Attention aussi aux « faux amis », ils sont les plus dangereux pour les couples. Il est aussi difficile d'avoir de vrais amis que de rencontrer l'amour et, bien souvent, les vrais amis ne sont pas ceux que l'on croit !

Remarquons également que dans le mot « ami » se retrouve la racine « âme ». C'est en périodes de grandes difficultés que l'on reconnaît les vrais amis, ils sont souvent beaucoup moins nombreux que l'on pense.

L'amour étant conditionné par nos modes de vibrations auriques, nous devons aussi tenir compte du fait que notre taux de vibrations est variable au cours d'une même vie : il est stimulé « à la hausse » par les actions « positives » et réduit par les actions « négatives », ce phénomène peut être très lourd de conséquences pour la vie d'un couple : il peut favoriser l'harmonie d'entente ou la détruire.

Dans certains cas de blocage de l'énergie « vitale » (comparable à l'énergie dite libidinale en psychologie), cette stimulation suffit à rétablir un équilibre énergétique déficient, chose impossible par les médicaments ou tout autre mode thérapeutique : l'amour peut sauver une personne d'une mort certaine (pour certains cancers par exemple).

En d'autres cas, l'absence d'amour peut conduire à la mort (cancer, neurasthénie, mélancolie, dépression, suicide etc.), par manque de stimulation énergétique. Ces conséquences sont également observables dans le monde animal (chiens, chats, oiseaux, etc.) et végétal (une plante d'appartement risque de dépérir si l'on ne s'occupe pas d'elle avec un intérêt affectif réel).

Nous avons tous besoin d'amour : la solitude totale, même si tous nos autres besoins sont satisfaits, peut être mortelle.

L'amour est un phénomène que nous devons à notre corps astral, voici comment et pourquoi il en est ainsi.

En résumé, l'amour est indispensable à la stimulation vibratoire du corps astral : chaque être vivant a la faculté d'aimer d'une manière ou d'une autre simplement pour se maintenir en vie tout en stimulant les vibrations auriques de l'être ou des êtres aimés (même s'ils n'appartiennent pas au même règne, animal ou végétal) : l'amour est indispensable à la vie.


L’amour, source de vie


Je ne parlerai pas des conséquences de l'amour physique qui effectivement engendrent souvent la vie pour la simple raison que hélas… la vie peut être engendrée sans amour, du fait de simples rapports sexuels ou, plus triste encore, par insémination artificielle, ou, plus dangereux, par clonage ou suite à un viol. Lorsque je parle de l'amour « source de vie » c'est un sens bien plus vaste et plus profond que je donne à l'amour.

Par certains points, comme nous l'avons vu, l'amour peut être comparé à l'hypnose, facteur naturel s'il en est.

En effet, l'hypnose modifie totalement le comportement d'un individu et neutralise en quelque sorte sa volonté, le rendant dépendant de l'hypnotiseur. Or, que se passe-t-il pour un individu (homme ou femme) réellement amoureux ?

- Une personne « renfermée » deviendra « expansive », la gaieté fera place à la tristesse.

	- Celle qui n'avait pas le courage de faire cent mètres à pied pour acheter son paquet de cigarettes fera des kilomètres pour retrouver l'être aimé.

	 - L'amorphe trouvera un dynamisme qui lui était inconnu.

	 - Le malade retrouvera des forces, le désespéré une raison vivre.

	 - L'individu amoureux à l'impression de revivre, d'être en pleine forme.

	 - Pour venir en aide à l'être cher, rien ne l'arrêtera, il se surpassera, sera capable de lui porter secours envers et contre tout sans ressentir ses propres souffrances en ignorant le danger qu'il encourra lui-même.

En un mot, l'individu amoureux est dépendant de l'être aimé, un peu comme une personne hypnotisée le devient de son hypnotiseur.

Il convient de préciser que l'amour se manifeste de manière tout à fait différente selon les individus.

Par exemple, un homme qui se caractérise par le complexe d’œdipe (Freud) aura les plus grandes difficultés à aimer une autre femme que sa mère, mais se servira de « l'amour » d'autres femmes pour les vampiriser, pour leur prendre leur énergie, si vous préférez. En tel cas, « l'amour » est particulièrement néfaste pour l'être ainsi « exploité ».

D'autres êtres humains se révèlent incapables d'aimer leurs semblables et reportent leur amour sur des animaux, par exemple, pouvant aller jusqu'à la zoophilie.

Tout le monde n'est pas apte à l'amour « réciproque » qui est le véritable amour, source d'énergie vitale complémentaire, le niveau d'évolution astral joue un rôle très important.

Dans l'amour total, la dépendance est réciproque. À long terme, elle est bénéfique à tout individu. Former un couple complémentaire est un véritable gage de bonne santé, et de bonheur !

Les analogies entre l'amour et l'hypnose sont nombreuses et très utiles en hypnothérapie, pour les transferts d'énergie par exemple.

Cet aspect des choses est certainement idéal et c'est ce genre d'amour total, absolu, que je souhaite à chacun.

Hélas, la vie n'est pas toujours aussi idyllique, en voici les raisons développées en traitant des « problèmes de l'amour ».

Avoir du charme

En dehors de toutes considérations physiques, plus le taux des vibrations d'une personne est élevé, plus elle a de charme, c’est-à-dire que son potentiel magnétique est plus important, donc sa force d'attraction est supérieure, son pouvoir de séduction en est ainsi renforcé.

Cette incidence vibratoire est sans rapport avec la beauté physique, la dite « beauté » est toute relative et fonction de nos conceptions personnelles du « beau ».

Une très belle fille peut très bien n'avoir aucun charme et n'avoir que peu de succès, c'est ce que nous appelons « une beauté froide » : son corps astral vibre faiblement et son aura manque de « rayonnement ».

Une femme de beauté très moyenne, voire au physique ingrat, sera très appréciée pour son charme si son taux de vibrations astrales est élevé.

En fait, une belle femme avec du charme aura souvent les plus grandes difficultés à rencontrer un partenaire à sa « hauteur », si j'ose dire, pour les raisons que je vais expliquer à présent.

Qu’est-ce qui provoque l’amour ?


L'amour est un phénomène qui stimule les vibrations du corps astral et qui augmente le potentiel biologique de chacun. Ce phénomène est provoqué par la rencontre de deux êtres aux vibrations astrales complémentaires.

Ces manifestations « stimulantes » peuvent être plus ou moins fortes, selon le degré de complémentarité et d'évolution des individus concernés, ce degré étant variable dans le temps.

Plus une personne possède un taux de vibrations élevé, plus elle a de charme, mais dans la réalité, tout n'est pas si simple que cela : le charme provoque souvent l'amour, ou l’attirance amoureuse plus exactement, mais il ne suffit pas, heureusement.

La notion de charme varie beaucoup d'un individu à l'autre en fonction de sa personnalité et de son propre taux de vibrations astrales (résultant toutes deux de l'acquis de ses vies antérieures), donc de ses goûts personnels : Patricia pourra avoir du charme aux yeux de Paul et aucun pour ceux de Georges.

Une personne n'a de charme aux yeux d'une autre que si son mode vibratoire et l'acquis de ses vies antérieures, ressenti « astralement » (donc inconsciemment, en terme freudien) sont de nature à stimuler ses vibrations personnelles.

Cette stimulation (astrale) est indispensable à notre équilibre biologique : l'amour total n'est possible que si ce facteur est réciproque et complémentaire. Dans la « pratique » c'est extrêmement rare, hélas !

Des personnes en effet sont attirées par celles qui possèdent du charme à leurs yeux mais ces dernières peuvent n'éprouver aucune attirance pour elles.

L'aspect physique joue aussi un rôle très important sur le moment mais il n'est qu'un leurre qui ne résiste pas aux années : seul le charme reste, lorsque la beauté physique a disparu ! Il ne faut pas confondre l'attirance physique et l'amour, erreur que beaucoup de personnes commettent. C’est pour cette raison que les personnes très belles physiquement éprouvent les plus grandes difficultés à rencontrer le bonheur, pris dans le sens d’une réelle harmonie astrale.

Ces degrés d'attirance sont aussi très variables, suivant les individus, mais aussi suivant le moment et les circonstances. Il est incontestable que, pour un taux de vibration égale, la personne dont le visage et le corps sont plus harmonieux que ceux d'une autre sera plus attirante et connaîtra plus de succès.

En revanche, il lui sera aussi beaucoup plus difficile de rencontrer le bonheur car sa beauté physique aura pour effet d'augmenter le taux vibratoire des personnes qu'elle attirera, mais cette augmentation sera de durée plus ou moins longue. Le retour à un taux vibratoire « naturel » de la personne qu'elle aura séduite la laissera complètement désemparée et déçue.

Il est en effet très difficile en matière d'amour de voir l'autre « tel qu'il ou elle est », précisément parce que l'attirance physique augmentera plus ou moins son taux de vibration aurique : c'est pour cela que l'on dit que l'amour est aveugle, des années sont souvent nécessaires aux partenaires pour se « découvrir », rares sont ceux qui vibrent « naturellement » sur la même longueur d'onde.

Les couples alors ne se comprennent plus, ne vivent plus en complicité et ne partagent plus les mêmes centres d'intérêt, la plénitude de leurs relations s'estompe, l'intolérance sexuelle se fait aussi de plus en plus pesante pour l'un ou pour l'autre.

En cas de divorce, le juge recherchera les torts de l'un ou de l'autre : quelle erreur, aucun n'est vraiment fautif, leurs sentiments étaient sincères, les deux en souffrent et ne parviennent pas à comprendre : nous en connaissons à présent les « raisons », je vais essayer de mieux vous les faire comprendre par quelques exemples, hélas trop « classiques ».

Chacun a besoin d'aimer et d'être aimé et cette « soif d'amour » modifie totalement notre taux vibratoire, d'où de nombreuses désillusions.

Le bonheur est beaucoup plus facile à trouver pour les personnes à taux de vibration peu élevé, elles y trouveront toujours « leur compte », si j'ose dire, mais ce sont leurs partenaires qui seront les plus déçus sur le plan purement affectif, eux, souffriront aussi, mais surtout dans leur amour-propre car il leur sera plus facile de retrouver une personne avec un taux de vibration au moins égal au leur.

C'est une harmonie et une complémentarité de vibrations auriques naturelles (hors de toute excitation), doublée d'une attirance physique qui provoque ce que nous appelons l'amour.

Homme ou femme ?


Avant d'aborder le problème de la sexualité proprement dite, il est une question qui reste sans réponse de la science : Pourquoi certaines personnes possèdent-elles une morphologie masculine et présentent un comportement féminin ou vice-versa ?

Ici se pose le problème de l'homosexualité, voire de la transsexualité. Le fait que certains hommes ne soient attirés que par des hommes, ou des femmes par d'autres femmes, existe. Aussi complexe que cela paraisse, la raison de ce phénomène est très simple à comprendre.

C'est, une fois de plus, dans les vies antérieures qu'il nous faut orienter nos recherches.

L'importance qu'elles présentent sur notre comportement actuel est indiscutable, en voici une preuve de plus.

Notre corps astral « véhicule » les souvenirs de nos vies antérieures et conditionne, par l'intermédiaire de notre corps éthérique, notre comportement et l'aspect de notre corps physique actuel.

Dans ce cheminement, certaines anomalies peuvent apparaître du fait que deux autres entités contribuent également à l'évolution de notre aspect physique : nos père et mère.

Dans certains cas, il peut y avoir « conflit » entre l'aspect du corps physique et notre corps éthérique qui est le reflet direct de notre corps astral.

Comme il est facile de l'imaginer, l'adaptation à une nouvelle vie n'est pas toujours très facile et peut se faire avec plus ou moins de succès. Les difficultés augmentent naturellement si le corps astral reste très « imprégné » de nos dernières vies antérieures.

Mes recherches sur l'origine de l'homosexualité ont abouti à des résultats peu surprenants et parfaitement logiques.

Tous les cas que j'ai analysés ont donné des résultats semblables : une entité qui, après trois ou quatre incarnations en tant que femme sera très marquée par le caractère féminin et une nouvelle incarnation en tant qu'homme sera toujours très difficile à assumer : le caractère féminin a fortement imprégné le corps astral et cette imprégnation a une incidence certaine sur ce corps éthérique, une sorte de comportement « résiduel », propre aux anciens comportements affectifs et sexuels du corps astral, se manifestera.

Nous observerons ainsi que le corps astral conserve parfois un caractère féminin dans sa nouvelle vie, même si l'aspect physique de l'entité est celle d'un homme.

Ces personnes, bien qu'elles soient des hommes « physiquement », rechercheront toujours leur « complément sexuel » chez les hommes, exactement comme elles le faisaient dans leurs vies antérieures alors qu'elles étaient des femmes : physiquement ces personnes sont des hommes mais psychologiquement elles sont restées femmes.

Ceci est dû à l'imprégnation de leur corps astral des dernières incarnations. Comme c'est le corps astral qui « conditionne » notre corps éthérique, ce dernier régit notre comportement psychologique, donc, l'entité aura un comportement mal adapté à sa nouvelle « enveloppe » physique dont le sexe est changé.

Le même phénomène se produit également dans le cas contraire, après plusieurs incarnations en qualité d'homme, le corps astral doit alors gérer un corps physique de femme. La femme que cet homme (des vies antérieures) est devenu, continuera à être attirée par les femmes.

Elle se comportera souvent comme un homme, allant jusqu'à s'habiller « en homme », se coiffant court, comme les hommes (en général, selon les concepts sociaux actuels).

Sans aller jusqu'à l'intersexualité (relations sexuelles avec des personnes du même sexe), les formes atténuées de ces comportements sont très fréquentes, sans affirmer comme certains disciples de Freud que l'amitié est une composante homosexuelle, même si effectivement, c'est souvent le cas, cette théorie n'est pas toujours sans fondement, sans être exacte dans l’absolu.

Ceci a souvent des conséquences très dangereuses pour la vie des couples hétérosexuels : les « amis », mais surtout les « amies » sont à l'origine de plus de 85 % des ruptures ou divorces chez les femmes à forte composante homosexuelle surtout, l'homme (qu'elles ne sont plus) est ressenti comme un véritable ennemi, et elles feront le maximum, par des conseils « bienveillants » pour détruire l'harmonie d'un couple, profitant de toutes les occasions : ne se font-elles pas la confidente de l'épouse ou de l'amie, se trouvant ainsi des mieux placées pour « jeter de l'huile sur le feu » au moindre problème et, si cette dernière est de caractère faible, pour provoquer la rupture. Certains « hommes » manifestent le même type de comportement en multipliant leurs aventures avec des femmes mariées, comme si voir un couple « heureux » leur était insupportable : ce type de comportement relève toujours des composantes homosexuelles.

Souvent aussi l'homosexualité est surcompensée en « don juanisme » (coureur de jupon) chez les hommes et en nymphomanie, voire prostitution chez les femmes, plus fréquemment que chez l’homme, se servant ainsi de partenaires multiples sans jamais tomber réellement amoureux ou amoureuses.

Les composantes homosexuelles chez la femme se manifestent souvent aussi par un besoin de dominer : les femmes qui aiment dominer les hommes, donner des conseils de conduite à leurs amies femmes (nous venons de le voir, souvent de façon très doucereuse… celles qui font de la politique, du syndicalisme actif, les femmes militaires, magistrats, chefs d'entreprise, psychiatres, etc., appartiennent souvent à ce groupe et projettent sur les hommes dont elles ne font plus partie une forme de rancœur, voire une franche agressivité, un besoin de les détruire : nous retrouvons ici le complexe de castration définit par Freud.

Ce sont des femmes de têtes, des meneuses, des « combattantes », avec une vie affective souvent très pauvre, éprouvant les plus grandes difficultés à s'adapter à leur condition de femme. Elles divorcent souvent si elles se marient. Dans les cas les plus graves et aussi les plus dangereux, il n'est pas rare de retrouver cette composante homosexuelle chez les femmes proxénètes, les « entremetteuses » ou de nombreuses « voyantes » (qui, souvent, ne sont que de parfaites manipulatrices tout aussi destructrices pour les couples) : une femme, faible psychologiquement, prise dans leurs « filets » a très peu de chance de s'en sortir sans aide extérieure.

En fait, les femmes à fortes composantes homosexuelles ne peuvent éprouver un véritable attachement affectif que pour une, ou d'autres femmes.

Les composantes homosexuelles sont plus difficiles à déceler chez la femme que chez l'homme.

Plus courantes aussi, elles sont mieux acceptées socialement : deux femmes qui se tiennent par le bras, se montrent les sous-vêtements qu'elles viennent d'acheter, se consolent dans les bras l'une de l'autre sont mieux perçues comme étant un comportement « normal » par la société que si deux hommes avaient le même comportement. Ils seraient alors immédiatement perçus comme étant homosexuels par leur entourage (sans généraliser).

Les hommes homosexuels présentent généralement un comportement plus doux (caractère féminin), rarement agressif ou dominateur. Ils sont aussi moins jaloux du bonheur des autres, sauf pour leur partenaire dans les cas d'intersexualité (dans le sens d'avoir des relations sexuelles avec des personnes du même sexe).

Socialement, ils sont beaucoup moins dangereux pour les couples hétérosexuels que leurs homologues femmes (virilité exacerbée, impossible à assouvir). Nous les retrouvons fréquemment dans des professions à caractère féminin : danse, coiffure, spectacle, gynécologie, enseignement, couture, là encore, sans généraliser.

À un degré plus prononcé, le corps physique lui-même présente des aspects des deux sexes. Nous touchons ici le douloureux problème des transsexuels : leur tempérament et leur morphologie sont si imprégnés du sexe opposé à leur état civil que certains n'hésitent pas à subir de douloureuses et dangereuses interventions chirurgicales pour être reconnus de l'autre sexe.

Des formes atténuées de ces états se retrouvent aussi chez les travestis.

Ces personnes éprouvent les plus grandes difficultés à se faire accepter telles qu'elles sont par la société et souvent aussi par leurs proches.

Sexualité et vibrations


D'une manière générale, nous pouvons dire que l'homme est plus sensible à la beauté que la femme, ce qui laisse à penser que l'homme possède une vue plus « sexuée » que sa compagne.

La femme, quant à elle, est plus sensible de l'oreille, donc à la voix et aux propos qui lui sont tenus : en général, son oreille est plus « sexuée » que celle de l'homme.

De ceci nous pouvons conclure que la beauté physique de la femme stimule le désir sexuel de l'homme, tout comme les « belles paroles » de ce dernier celui de la femme.

Comme nous l'avons vu, le désir sexuel augmente le taux de vibrations astrales mais seulement pour une période plus ou moins longue.

Après un certain temps, très variable selon les individus, les vibrations astrales reviennent à leur taux initial, la nature impose toujours ses lois !

D'une manière plus générale, les femmes présentent un taux de vibrations auriques supérieur à celui des hommes (elles sont souvent, plus intuitives, moins matérialistes, plus sociables). Il existe cependant des millions d'exceptions dans le monde, les femmes prêtes à tout pour de l'argent ne sont pas rares, et les hommes à taux vibratoire élevé existent aussi (peu fréquent) et, paradoxalement, ils peuvent atteindre des niveaux que peu de femmes peuvent approcher.

Ce phénomène est responsable de plus de 90 % des échecs conjugaux, voici quelques exemples pour mieux comprendre la portée de ce phénomène.



Zone de Texte: Qui parle de mystère ?
Zone de Texte: Pierre Brayard
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Page précédente
Le cœur, symbole de l'amour !
Zone de Texte:      Sous cette rubrique se trouvent :
					Comment expliquer l’amour
					L’amour source de vie
					Avoir du charme
					Qu’est-ce qui provoque l’amour
					Homme ou femme
					Sexualité et vibrations
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Page précédente
Afficher l'image d'origineZone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Liste des sujets