Zone de Texte: Qu’est-ce que la naturopathie



La naturopathie consiste en une sorte de thérapie globale héritée des guérisseurs (au sens propre du terme), fondée sur la prise en compte de toutes les relations que l'homme entretient avec la nature, recourant à tous les moyens naturels tels que l'eau, le soleil, l'air et les aliments. La naturopathie est indissociable de l’eubiotique (ensemble de préceptes relatifs à l'art de bien vivre). On retrouve les sources de la naturopathie dans la plus haute Antiquité, chez les Égyptiens en particulier. Dans ses écrits, Hippocrate en a repris certaines techniques, parmi lesquelles le jeûne et les bains.

La naturopathie part du principe qu’il existe chez chaque patient une énergie vitale capable d’apporter la guérison et vise à développer les défenses naturelles de l’organisme. Les indications de la naturopathie demeurent avant tout préventives ; de fait, la naturopathie vient plutôt en complément de la médecine classique.

La naturopathie consiste en un ensemble d’examens permettant d’estimer l’énergie vitale d’un individu au travers de son portrait constitutionnel et tempéramental. Peuvent être ainsi utilisés la morphologie, la graphologie, l’iridologie, et certains bilans énergétiques et de terrain bioélectronique, cristallisations, En fonction de la vitalité disponible, il pourra prendre en charge son ou l’orienter vers le médecin allopathe (secteur de l’urgence et des troubles lésionnels et dégénératifs).
Le praticien rassemble tous les conseils, individualisés à la suite du bilan, et structurés sous forme de « cures » spécifiques (désintoxication, revitalisation, etc.). Sans ressemblance avec une ordonnance médicale, ce programme contient au minimum des conseils pour une meilleure hygiène nutritionnelle, pour mieux se relaxer ou mieux gérer le stress, et pour pratiquer des exercices physiques indispensables à la santé. S’y ajoutent souvent des clés utilisant les conseils d’hydrologie ou respiration, de réflexologie, des vertus des plantes, des compléments alimentaires, biothérapies ou des techniques énergétiques.

Dans son principe, cette discipline considère que l'homme sain, qui vit en respectant une bonne hygiène de vie, ne peut qu’accidentellement tomber malade. C’est une médecine de prévention qui prône des règles de vie respectueuses du corps et de sa nature. Dans ce cadre, toute pathologie aiguë est vue comme une réaction salutaire qui reflète la défense normale de l'organisme face à des agressions ou certains déséquilibres vitaux. Mais si le terrain est trop affaibli ou trop intoxiqué, l'élimination des « toxines » se fait mal et la maladie devient chronique.

Le naturopathe établit un bilan par un entretien concernant le mode de vie du patient et par une analyse de son terrain. À cette fin, différentes techniques sont utilisées, comme la graphologie, ou encore la morphopsychologie, dans certains pays certains praticiens font aussi appelle à l’iridologie (diagnostic d'après les taches de l'iris). Il compose ensuite avec le patient un programme d'hygiène vitale : alimentation saine, compléments alimentaires, exercices physiques, parfois il conseille certaines plantes médicinales. D'autres techniques médicales peuvent également être prescrites (thermalisme, hydrothérapie, argilothérapie, phytothérapie), mais elles sortent du cadre de la véritable naturopathie, cette appellation est alors utilisée, car elle est de plus en plus porteuse aux yeux du public, dont très lucrative, ce qui n’est en rien l’objectif de la véritable naturopathie, en dépit des affirmations de certains praticiens, en France principalement, pays où la médecine n’est pas libre et purement allopathique par obligation, donc en opposition quasi-totale avec la naturopathie authentique.

Nous pouvons dire que l’hypnothérapie, telle que je la conçois est également apparentée à la naturopathie.


L’activité du naturopathe consiste en la mise en œuvre d’une pédagogie originale d’hygiène de vie, déclinée sur le mode de la prévention primaire active, dont le but est le bien-être global et optimum de la personne. Sa discipline s'applique à quiconque souhaite s'investir et se responsabiliser pour devenir un meilleur acteur de sa santé, en réformant son mode de vie au quotidien.
Le naturopathe utilise différentes techniques bio-nutrition, bio-diététique, exercices physiques et respiratoires, hydrologie bains chauds-froids-dérivatifs, phytologie et aromatologie, utilisation optimum de la lumière et des couleurs, techniques manuelles, réflexologies, techniques de gestion du stress, compléments nutritionnels naturels dans le cadre d’une stratégie de cures (détoxification, revitalisation, stabilisation) propres à normaliser son patient. Son travail consiste à établir un bilan de vitalité selon des méthodes qui lui sont propres.
Son bilan de vitalité sert de base à ses actions qui consistent à enseigner et conseiller une hygiène de vie plus saine, à l’écoute des besoins physiologiques, énergétiques, psychologiques, environnementaux et même sociologiques de chacun. Il accompagne la personne dans sa globalité et dans ses interactions avec l’environnement (écologie). Il dispense ses conseils en prenant en compte les conditions de vie quotidiennes : rythmes de vie, meilleur sommeil, qualité des aliments, lutte contre la sédentarité, les pollutions ou le stress, alternances travail / repos, surveillance des éliminations naturelles, relations humaines et gestion des émotions, loisirs, climat, etc.
Les connaissances du naturopathe en sciences fondamentales lui permettent d’orienter et renvoyer vers les services médicaux toutes les situations réelles ou supposées d’urgence, de gravité ou de lésion. Le naturopathe est ainsi un éducateur de santé qui collabore avec tous les acteurs de la santé publique.
Les fondements de la naturopathie s’appuient en majeure partie sur les traditions hippocratiques, le concept spécifique de naturopathie fut créé pour la première fois par John H. Scheel en 1895 puis enseigné et diffusée à New York en 1902 par Benedict Lust. En France, Pierre-Valentin Marchesseau proposa une synthèse des différents courants hygiénistes américains : Shelton, Tilden, et européens Carton, Durville, Kneipp, Kuhne…
« de santé », les praticiens de Santé Naturopathes ne procèdent ni au diagnostic ni au traitement de maladies : ils enseignent l'art de conserver, retrouver ou optimiser la santé, conscients que le bien-être de chacun est indissociable de sa qualité de vie comme de son harmonie avec la société et avec l'environnement. En ceci, ils répondent clairement aux orientations données d'une façon répétitive depuis les années soixante-dix par l'O.M.S., le Parlement européen et les services de la santé publique français en matière de « prévention primaire » active et « d'éducation pour la santé ».
Pour obtenir toutes les clés préventives utiles à son mieux-être, à tous les âges de la vie, et mieux prendre ainsi en charge sa santé sur un mode responsable.
Pour résoudre naturellement la plupart des troubles chroniques (préalablement diagnostiqués par un médecin), chaque fois que les soins de l’allopathie ne sont pas indispensables troubles dits « fonctionnels » et mineurs concernant par exemple la digestion, le sommeil, la circulation sanguine, le stress, l’arthritisme, le surpoids, la déprime, les allergies, etc.
Actuellement intégrés favorablement dans 10 nations européennes sur 15, les Praticiens de Santé Naturopathes travaillent en France sans encadrement législatif (vide juridique). En France, ils ne s’opposent pas à la loi qui réserve le diagnostic et les traitements aux docteurs en médecine (L-4161-1) mais œuvrent principalement en « amont de la maladie », participant ainsi à la réalisation d’économies substantielles pour les caisses de l’état. Contrairement à la France, la profession de naturopathe est reconnue en Suisse, et les naturopathes peuvent travailler librement sans être considérés comme des sortes d’auxiliaires de la médecine !
Pour un naturopathe, le bilan de vitalité est indispensable pour s'assurer que la naturopathie peut être appliquée avec succès au sujet et sans danger. Il aide à comprendre la vitalité du sujet et les voies de stimulation applicables au principe d'autodérision. Le tempérament du patient est à déterminer pour la nature des surcharges (souvent présentes), les voies d'élimination les mieux adaptées mais aussi les contraintes de vie qui lui sont spécifiques. 
Zone de Texte: Qui parle de mystère ?
Zone de Texte: Pierre Brayard
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Liste des sujets