Zone de Texte: Société initiatiques







Des centaines de sociétés « initiatiques » existent dans le monde. Pour une ville aussi cosmopolite que Genève (en Suisse) par exemple, nous en dénombrons près de quatre cents. Il est donc extrêmement compliqué de les connaître toutes.
	
Il est très difficile de connaître les rouages et les buts de ces sociétés secrètes. Si certaines ont un caractère purement initiatique et se révèlent inoffensives, il n'en va pas de même pour de nombreuses d'entre elles.

Certaines ont des finalités politiques visant à créer un nouvel ordre mondial : par exemple, la construction de l'Europe politique n'échappe pas à leurs activités. Il en va de même de l'organisation de grèves déstabilisatrices dont les motivations sont officiellement de « caractère social » : les buts réels échappent aux grévistes eux-mêmes, mais ce sont eux qui en font les frais (Voir le site « Rassemblement pour la liberté » du même auteur).

D'autres « sociétés secrètes », après avoir été des groupements de défense des opprimés, sont devenues de véritables organisations criminelles (maffia italienne, largement « exportée », triade chinoise, etc.). Peu de personnes connaissent exactement ce qui se passe dans les « niveaux supérieurs » de ces groupements, y compris parmi leurs propres adhérents.

Combien de ces adhérents ont conscience qu'à leur tête, ces « associations » se « fondent » toutes dans un même creuset dirigé par une poignée d'individus ?

Il en va de même sur le plan de la politique, les directives sont dictées par des « dirigeants invisibles » qui sont aussi membres de sociétés secrètes, ce qui explique le peu de changement réel d'un gouvernement à l'autre : ce ne sont pas les élus qui font la loi, contrairement à ce que l'on veut faire croire au peuple au nom de la démocratie et de la constitution, mais ce n'est plus vraiment un mystère !

Toutes les sociétés secrètes, sans exception, prétendent, à tort ou à raison, apporter à leurs adeptes des connaissances secrètes, inconnues du grand public, donc en quelque sorte, de lever le voile sur certains mystères, qui le resteront, à condition de ne jamais en parler aux « non initiés », faisant de l'initié » une sorte de « race supérieure ».

Ces initiations sont faites, généralement, de telle sorte que le mystère devienne encore plus grand, en lui enlevant toute possibilité de contrôle ou de simple vérification, le moyen le plus simple étant de tout ramener à Dieu !

Les sociétés qui s'imposent par la terreur ne s'encombrent pas de telles possibilités de contrôle et se veulent antidéistes : l'adepte exécute, ou il est éliminé : « suicides », « crises cardiaques » ou des « accidents » de certains hommes politiques ou personnalités gênantes pour le pouvoir peuvent aussi s'expliquer ainsi).

En échange de tels « secrets », nombreux sont les « gourous » qui ont trouvé là une source de revenus quasi inépuisable, sans oublier le « pouvoir » qui en résulte (les états où les dirigeants qui agissent « de droit divin » ne sont pas rares, encore de nos jours, les théocraties sont fréquentes en pays arabes par exemple).

Il ne faut pas croire pour autant que les pays qui se prétendent démocratiques (cheval de bataille de nombreuses obédiences maçonniques), échappent à ce phénomène : observez simplement, sans parti pris, la manière dont certains hommes politiques ou leaders syndicaux haranguent les foules en France même et réfléchissez !

La télévision nous offre ce triste « spectacle » presque à chaque journal télévisé.

Toutes les organisations de ces sociétés reposent sur le secret qui s'oppose à la curiosité humaine, au besoin de savoir, sans quoi, l'histoire tout entière ne serait pas ce qu'elle est !

Nous allons voir les premiers d'entre eux : Les « inconnus » de la médecine.
Zone de Texte: Qui parle de mystère ?
Zone de Texte: Pierre Brayard
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Haut de page

Page précédente

Zone de Texte: Liste des sujets