Zone de Texte: Les trois corps
















































 Explications très «Terre à Terre»




*> Je prends un verre de sable sec. Je le tape légèrement sur une table pour bien tasser le sable.

*> Je prends une cuillerée de sel de cuisine (chlorure de sodium) que je dépose à sa surface sans mélanger.

*> Par transparence, j'observe le sable au fond du verre et la petite couche blanche du sel à sa surface.

*> Maintenant, je prends un peu d'eau que je dépose sur le sel. Je ne vous apprends rien en vous disant que le sel se dissout et que le tout, eau et sel dissous, va s'infiltrer dans le sable.

*> À présent, par transparence toujours, je ne vois ni eau ni sel et le sable est légèrement plus foncé : Je n'ai plus de sable sec, de sel et d'eau mais un verre de sable mouillé et salé. Je sais que mon verre contient du sel et de l'eau mais je ne les vois plus.

Vous viendrait-il à l'idée d'affirmer, en voyant votre sable mouillé, que le sel et l'eau n'existent pas dans votre verre, qu'il est simplement rempli de sable parce que vous ne voyez rien d'autre ?

Cette expérience très simple que chacun peut réaliser schématise assez bien le principe de la vie sur lequel je vais revenir à plusieurs occasions pour clarifier mes explications. Cependant, pour ceux qui seraient ultra-cartésiens (ils ne manquent pas), ne voyant plus que le sable, affirmeraient que l'eau et le sel n'existent plus, continuons l’expérience :

*> Je vide mon verre de sable mouillé dans un récipient métallique qui pèse 100 grammes. Une fois rempli, mon récipient pèse 480 grammes. J'ai donc 380 grammes de sable mouillé. À présent, je chauffe le tout.

*> J'observe que de la vapeur d'eau s'échappe de mon récipient et disparaît dans l'air. Je continue à chauffer jusqu'à ce que la vapeur cesse de s'échapper.

*> Une pellicule blanchâtre est visible à la surface de mon sable : le sel.

*> Je repèse mon récipient : je n'ai rien enlevé et le contenu conserve sensiblement le même aspect qu'au départ. Son poids n'est plus que de 400 grammes, soit 300 grammes de sable et de sel, 80 grammes d'eau se sont échappés en vapeur, laquelle vapeur a disparu dans l'air, jusqu'à une prochaine condensation qui reformera de l'eau, selon un principe de condensation bien connu. Cette eau pourra alors revenir dissoudre du sel et mouiller du sable pour s'évaporer à nouveau et ainsi de suite. Très banal tout ça, n'importe quel enfant de 8 ans le comprendra aisément.

Que ceux qui le ne comprennent pas recommencent cette expérience : c'est le principe fondamental de la vie : l'eau se « réincarne » à chaque cycle dans le sable sec qu'elle transforme en « sable humide » dont elle s'évaporera pour recommencer le cycle (réincarnation) ! Ce cycle est donc bien conforme à des lois naturelles incontestables et observables chaque jour.

Avant de contester, comme 98 % des biologistes et médecins, l'existence de corps « invisibles », voici des explications complémentaires réalistes et vérifiables, tout comme l'est notre petite expérience avec le sable.

Notre première expérience n'est qu'une image pour faciliter mes explications qui ne sont guère plus compliquées. Tout comme notre sable mouillé et salé est composé de trois éléments (trois corps) que sont le sable, le sel et l'eau, nous sommes composés de trois corps :
	 1 - Le corps physique (le sable) : visible
	 2 - Le corps éthérique (le sel) : invisible
	 3 - Le corps astral (l'eau) : invisible

L'eau est dans le sable tout comme notre corps astral dans notre « masse de molécules physiques », la différence principale est que le corps astral lui-même, par le moyen du corps éthérique, refaçonnera à chacune de nos incarnations un nouveau corps physique ; c'est donc notre corps astral qui donne à notre corps physique l'aspect que nous lui connaissons.

Le corps physique




Je prends l'homme comme exemple mais l'ensemble des principes traités ci-après sont applicables à toutes les formes de vies, qu'elles soient animales ou végétales.

Considérons en premier le corps physique. Mon choix ne relève pas de son importance, puisque le corps physique ne vient qu'en troisième position, mais du fait qu'il est le seul que les conceptions scientifiques prennent en considération, je le cite en premier.

Ces organes possèdent des fonctions bien spécifiques à remplir et tous, sans exception, présentent un point commun : ils sont composés d'atomes à vibrations relativement lentes dont la masse est visible aux communs des mortels et observable au microscope. Tous les organismes vivants sont constitués principalement de carbone, d’hydrogène, d’oxygène et d’azote, mais aussi des oligoéléments suivants : fluor, brome, iode, bore, arsenic, silicium, fer, zinc, cuivre, nickel, cobalt, manganèse, aluminium, plomb, étain, molybdène, vanadium et titane. Ces atomes ne se sont pas placés au hasard pour donner la vie. Certains vous diront que c'est l’œuvre de Dieu, pourquoi pas ?

Voyez-vous, en tel cas, Dieu a beaucoup mieux fait les choses. Un tel amoncellement d'atomes, sans les deux autres corps, serait totalement inerte et insensible, il resterait à l'état de matière, l'ensemble de ces éléments se trouvant dans le sol (tu redeviendras poussière, ce qui est parfaitement vrai pour le corps physique).

C'est ce corps physique que nous voyons en premier chez quelqu'un et c'est sur lui seul que reposent les recherches et expériences des scientifiques. Je ne pense pas que quelqu'un puisse en contester l'existence, puisqu'il est visible !

L'orgueil de l'homme lui fait refuser l'existence de ce qu'il est incapable de voir ou simplement d'imaginer, un faible pourcentage fait exception, heureusement que ces exceptions existent ! En fait, l’œil humain ne perçoit qu’une faible longueur d’onde lumineuse, ces ondes déterminent l’impression de couleur.

Le petit schéma ci-dessous donne un aperçu des différentes longueurs d’onde et donne la couleur perçue par l’œil humain, que l’on qualifierait de « normal ». En fait, dans la réalité, chacun possède un mode particulier de perception de la lumière, c’est là toute la complexité des retentissements psychosomatiques de chacun d’entre-nous. Ces lois de physiques sont certes un peu abstraites et peuvent sembler d’un faible intérêt, c’est vrai, mais il explique le fait que les deux autres corps restent inconnus du commun des mortels : La connaissance de ces notions « scientifiques » reste indispensable pour comprendre ce qui va suivre

Voici donc la base de ces notions qui, nous allons le voir, sont très utiles pour comprendre mes explications à venir.


Les perceptions lumineuses de l’œil humain s’organise ainsi :
Sont visibles : 	Le violet       > vers 3800 à 4 000 angström
			Le bleu          > de 4000 vers 4850 angström
			Le bleu-vert   > vers 4900
			Le vert	  > de 4900 vers 5600
			Le jaune-vert > vers 5700
			Le jaune	  > vers 5870
			L’oranger	  > vers 6130
			Le rouge 	  > de 6400 vers 7000/7800




Complément d’informations : La lumière est un phénomène ondulatoire correspondant à l’émission de particules
d'énergies lumineuses appelées photons. La lumière est constituée d'un ensemble d'ondes correspondant à des
Vibrations de champs électromagnétiques. Ces vibrations, en se propageant, décrivent des courbes présentant des
minima et des maxima. La distance séparant 2 minima et 2 maxima successifs s’appelle la longueur d’onde.
C’est une des caractéristiques de l’onde électromagnétique. Cette distance étant très faible, on utilise comme unité
de mesure l’angström (*). (1 angström = 0,000 001 mètre, ou 0,001 micron, ou 100 nm (nanomètre).














*) Angström : Anders Jonas Angström, né à Lögdö (Medelpad, en Suède) en 1814, est un astronome et physicien suédois. Il a fait ses études à l’université d’Uppsala. Après avoir obtenu son diplôme, il y enseigne la physique de 1 839 jusqu’à sa mort, en 1 874. À partir de 1867, il est secrétaire de la Société Royale des Sciences à Uppsala. Angström est un pionnier dans l’étude des spectres. Son travail le mène dans la découverte, en 1862, de la présence d’hydrogène dans l’atmosphère du soleil. Son nom a été donné à l’angström, unité de mesure de longueur d’onde pour les très petites dimensions atomiques ou moléculaires.

En résumé, l’œil est plus sensible à la radiation jaune-vert (vers 5 700 angströms), que l’on aille vers le violet ou le rouge, en quittant la radiation Jaune-vert, sa sensibilité diminue, comme sa capacité d’analyser les couleurs qui lui sont soumises. La « mise au point » se fait sur la radiation « jaune-vert ». C’est en raison de ce principe que les publicités « fluo » se multiplient dans nos rues !

Nous sommes tous différents face à la lumière. Chacun ne voit pas tout à fait la même couleur que son voisin. À des degrés plus accentués, voici quelques exemples de problèmes que rencontrent certaines personnes dans la perception de la lumière :

Le daltonisme : surtout chez les hommes, annule même la sensation du rouge, plus rarement du vert, très exceptionnellement du bleu.
L’effet Purkinje : Lorsque l’intensité de la radiation diminue, la sensibilité de l’œil pour le rouge diminue en premier, puis finit par s’effacer, suivie par celle pour le jaune. Simultanément, la sensibilité maximale se déplace vers le bleu. Cette modification fait qu’au clair de lune toute coloration disparaît, l’œil ne percevant qu’un gris bleuté, alors qu’en réalité la proportion de radiations rouge est plus élevée dans la lumière lunaire que dans la lumière solaire. De plus, l’œil s’accommodant assez mal pour la lumière bleue, l’acuité visuelle diminue si bien que la perception perd de sa netteté linéaire.
L'effet Bezold-Brück : Inversement, lorsque l'intensité s'accroît considérablement, ce qui est le cas en plein soleil en été, la sensation colorée se restreint ; le rouge et le vert se confondent avec le jaune, le bleu-vert et le violet avec le bleu clair, de plus, les teintes résiduelles perdent leur saturation (c'est-à-dire, apparaissent mêlées de lumière blanche). Cet effet explique l'appauvrissement notable des sensations colorées dans les grandes lumières solaires.

Comment expliquer ces phénomènes sur le plan physiologique ? Sur la rétine, nous disposons de trois capteurs sélectifs, qui ont leur maximum réceptif pour la lumière bleue (4 400 angströms), pour la lumière verte (5 350 angströms), pour la lumière Jaune-orangée (5 850 angströms). La sensation des couleurs est réalisée par l’addition des impressions recueillies par les capteurs.

Cette sensation peut être altérée par la fatigue passagère d’un des types de capteurs (contrastes successifs) par la proximité d’une plage de couleur environnante à un objet que l’on regarde (Contrastes simultanés), par la diminution de l’intensité lumineuse qui n’altère pas également les performances des tris sortes de capteurs (effet Purkinje) ou par la fatigue de tous les capteurs dans une lumière trop forte (effet Bezold-Brück).

Mais les explications scientifiques s’arrêtent à ce niveau et comme les deux autres corps sont « invisibles » en raison de leur taux de vibrations très élevés (impossible à mesurer actuellement en raison du manque d’évolution de nos techniques sur terre), ils sont très contestés, bien qu'étant les plus importants.





Le corps éthérique


C'est lui que j'ai matérialisé par le sel dans mon expérience. Le choix de ce nom se justifie par le fait que ce corps, par son aspect immatériel, rappelle les composés volatiles provenant de la combinaison d’acides avec des alcools, appelée éther, invisible à l’œil nu.

Ce corps est en fait un corps intermédiaire, mais son importance est capitale pour l'incarnation. Il est en quelque sorte le relais entre le corps physique et le corps astral que je vais préciser dans un instant.

C'est le corps éthérique qui régit l'ensemble de nos fonctions inconscientes (respiration, croissance, pulsions cardiaques, pousse des cheveux et des ongles, température, restructuration des tissus endommagés accidentellement, etc. ), et gère l'ensemble de nos facultés psychologiques et psychomotrices. C’est lui encore qui structure notre corps physique dès la conception (9 mois avant la naissance).

C’est à son niveau que s’effectuent l’accumulation, puis les transferts, d’énergie captée (ondes électromagnétiques de sources diverses) par le corps astral au corps physique. C’est dans le corps éthérique que se situent les « accumulateurs » à très hautes vibrations. Ces atomes se situent au niveau du plexus solaire. Par comparaison matérielle, ces atomes (inconnus des scientifiques) jouent un peu le rôle des batteries d’accumulateur dans une voiture. C’est le corps astral qui capte l’énergie et « recharge » les « atomes accumulateurs » pour qu'ils soient aptes à maintenir le corps physique en vie. Cette énergie ainsi accumulée maintient, par exemple, la température du corps à 37°, et l’élève en cas de trouble de santé pour neutraliser la prolifération microbienne ou virale et ainsi réduire et éliminer les toxines pathogènes. Contrairement à ce qui est admis, ce ne sont pas les aliments qui sont source de chaleurs, ils sont utilisés par le corps éthérique pour diverses transformations chimiques en vue du fonctionnement du corps physiques, contribuant aussi, indirectement, au maintien de la température du corps physique, mais ce sont des atomes accumulateurs que provient l’énergie indispensable aux transformations chimiques très complexes qui s’effectuent dans notre corps physique tout en maintenant le corps physique à une température suffisante pour maintenir les conditions optimales à de telles transformations, ou réactions chimiques.

Il est composé d'atomes à vibrations très rapides qui échappent à la vue (du fait de son taux de vibration élevé) et, dans l'état actuel de la technologie, à l'observation au microscope.

Son caractère « immatériel » lui permet une parfaite adaptation volumétrique, de l'état de fœtus des premiers jours à celui d'adulte, quelle que soit la nature de l'être vivant concerné.

C'est par le corps éthérique également que sont transmises nos sensations au corps astral. Le corps éthérique se désintègre quelques jours après la « mort physique ».

Des preuves matérielles de son existence sont données par le fait que, tant qu'il n'est pas désintégré totalement, certaines de ses fonctions continuent à être assurées même après la mort « physique » et ce jusqu'à la rupture de la corde d'argent qui le relie au corps astral. Parmi ces fonctions figurent la pousse des cheveux, de la barbe ou des ongles. Chacun peut constater ces manifestations « physiques » sur les personnes décédées : les ongles, la barbe ou les cheveux poussent encore après la mort pendant quelques jours.

Souvent aussi, l'aspect physique du corps se modifie sous son influence : la personne décédée peut, par exemple, apparaître, dans les heures ou jours qui succèdent à sa mort physique, rajeunie (des rides disparaissent, le visage perd « son masque de souffrance », etc.)

Il n'est pas de règle absolue pour ces actions du corps éthérique avant sa propre désintégration, là encore, chaque entité est différente.

Dans des cas exceptionnels, il arrive que le corps éthérique ne se désintègre qu'après plusieurs siècles, conservant au corps physique son aspect de « corps vivant ». Ces cas sont rarissimes et nécessitent une très puissante concentration d'énergie astrale (que certains qualifient également de « divine » puisqu'elle est l'essence même de toutes vies) : il en existe plusieurs dans le monde, notamment en France, le corps de Ste Bernadette SOUBIROU est en parfait état de « conservation » : il est visible par toute personne visitant sa Châsse à NEVERS, dans le département de la Nièvre, en Bourgogne. Que les plus septiques fassent le voyage à Nevers, peut-être croiront-ils ce qu’ils verront ! Le même phénomène est observable pour la dépouille du célèbre « Pio » et quelques autres cas moins connus dans le monde.

Ces phénomènes s'expliquent par le fait qu'une certaine énergie reste « disponible » après la mort dans cette sorte de « batterie d'accumulateurs » que constituent les « atomes-accumulateurs » chargés par les « atomes-germes » du corps astral, ce lequel je reviendrai.

L'arrêt du cœur et un électroencéphalogramme plat ne signifient absolument pas que la mort soit totale, ces manifestations en apportent la preuve.

Le corps astral



Le choix du nom () de ce corps est emprunté à un terme d’astrologie pour désigner un corps céleste qui agirait de son influence sur la destinée humaine, mais sa similitude s’arrête là !

C'est le principal de nos trois corps : il est la partie immortelle de nous-mêmes, celle que les religions appellent l'âme. Comme il est invisible du fait de la taille très réduite de ses molécules et de son taux de vibrations (émission d'ondes ultracourtes, non mesurables, faute de moyens techniques suffisamment perfectionnés) très élevé, plus encore que celui du corps éthérique, c'est aussi celui dont l'existence est la plus contestée par « la science » et les intégristes de l’athéisme ou de la psychanalyse !

En revanche, toutes les religions en font état, sous différentes appellations. La religion catholique le « matérialise » dans certains cas par des « anges » lorsqu'ils ne sont pas réincarnés, pour en simplifier la compréhension aux croyants.

C'est ce corps que j'ai matérialisé par l'eau dans mon expérience : comme la vapeur d'eau, le corps astral est invisible à l’œil humain en général. Je dis bien en général car certaines personnes possèdent la faculté de le voir naturellement.

D'autres parviennent, avec un entraînement sérieux et un régime alimentaire approprié sur lequel je reviendrai, à voir le corps astral, mais ce n'est pas facile en tel cas, voire impossible à une très grande majorité des communs des « mortels ».

Un tel entraînement peut demander des années et le succès n'est jamais assuré, un tel mode de « vision » relève le plus souvent d'un « don », favorisé par un degré d'évolution élevé de la personne concernée (l'évolution astrale de chacun est sans rapport avec son niveau d'instruction ou sa position sociale).

Il est difficile de définir exactement l'aspect du corps astral. Il apparaît un peu comme la vapeur d'eau lorsque l'air ambiant est à basse température (nuages, vapeur à la sortie d'une casserole d'eau bouillante, etc.), il se confond souvent avec son aura.

L'aura, dont je parlerai dans un instant, est visible par les personnes capables de voir un corps astral. Nous verrons que près de 15 % des personnes hypnotisables retrouvent également cette faculté sous hypnose profonde (au 4° degré, comme nous le verrons), ce qui leur donne des facultés extraordinaires.

Ne soyez pas surpris si je reviens très souvent sur les propriétés et facultés du corps astral : il possède en mémoire l'ensemble des événements que nous avons vécus par chacun d’entre nous, non seulement notre vie actuelle, mais aussi dans nos vies antérieures, avec une précision stupéfiante.

C'est le corps astral qui fait fonctionner notre corps éthérique, par transfert d’énergie aux « germes », pour mettre en mouvement cette masse inerte et lourde qu'est notre corps physique. Son taux de vibrations, très supérieur à celui du corps éthérique, est variable d'un individu à l'autre en fonction de son degré d'évolution. Ce dernier résulte de l'ensemble de ses incarnations et de leurs aspects positifs, qui lui sont favorables ou négatifs qui la freinent, voire, dans les cas accentués, qui la font régresser (pour les personnes qui se rendent coupables d’un crime ou qui se suicident, par exemple : toute atteinte à la vie d'autrui, voire animale, ou à la nôtre est toujours fortement pénalisée astralement, indépendamment de l'ensemble des textes du Code pénal et de toutes autres considérations sociales temporelles).

Le taux vibratoire très élevé du corps astral et sa puissance énergétique provoquent autour de lui un champ électromagnétique d'un type très particulier, plus ou moins puissant selon la nature et l'état de santé du sujet concerné. Ce champ électromagnétique crée une légère coloration autour de notre corps physique (visible par certaines personnes) a pour nom « aura ».

Du fait de la nature (indétectable actuellement par nos moyens techniques les plus perfectionnés) de ses structures moléculaires (comparativement à celles du corps physique), le corps astral a la particularité de traverser sans la moindre difficulté tous les corps visibles à l’œil (tant solides que liquides), un peu comme la fumée ou la vapeur d'eau traverse un grillage, sans altérer son aspect.

L'aura est de différentes couleurs, selon l'état d'esprit, les pensées, l'état de santé, l'environnement, la vitalité et l'évolution astrale de chaque individu.

À noter que, même lors des « sorties » du corps astral, l'aura est toujours visible autour du corps éthérique, mais de manière atténuée. Ce dernier reste en permanence en relation avec le corps astral par l'intermédiaire de la « corde d'argent », filament très fin généré par le corps astral appelé ainsi en raison de sa « couleur » argentée. En tel cas, l'aura est plus faible et moins lumineuse.

L'aura générée par le corps éthérique ne disparaît complètement qu'à la rupture de la corde d'argent, après la mort physique : cette rupture est la mort réelle de l'individu. Contrairement à ce que de nombreuses personnes pensent, ce n'est pas le corps physique qui provoque l'aura, même s'il en donne l'apparence.

Cette impression trompeuse provient simplement du fait que les corps astral et éthérique sont « imbriqués » dans le corps physique, c'est donc autour de lui, que nous voyons physiquement (donc facilement) que l'aura est visible, donnant ainsi la fausse impression de le produire lui. En fait c’est le champ électromagnétique qui caractérise le corps astral qui provoque une sorte d’animation des atomes de l’air les plus proches de notre corps physique qui donne cette impression de couleur immatérielle une peu comme à plus grande échelle, une sorte d’arc-en-ciel, mais moins coloré avec des contours beaucoup plus flous.

Si le corps physique émettait des radiations auriques, elles resteraient visibles jusqu'à sa désintégration complète, ce qui n'est pas le cas, l'aura disparaît rarement dans les instants qui suivent la mort physique (ou clinique, si vous préférez) mais accompagne toujours la rupture de la « corde d'argent » qui relie le corps astral au corps éthérique, ce dernier se désintégrant dans le corps physique (tout comme le sel reste avec le sable après évaporation de l'eau, dans notre expérience précédente). Cette rupture de la « corde d'argent » est rarement brutale, souvent elle se fait sur une durée de quelques heures à 5-6 jours, selon les cas.

Comment apparaît-elle ?

L'aura apparaît autour de chaque être vivant (humain, animal ou plante), un peu à la manière des mouvements de l'air provoqués l'été sur la surface des routes ou des tôles surchauffées qui fait que, sur une épaisseur de quelques centimètres, tout ce qui est visible derrière apparaît flou et semble bouger.

Pour déterminer sa couleur, il serait plus juste de dire qu'elle a l'aspect de « nuances colorées transparentes sans cesse en mouvement », c'est la dominante colorée que nous appelons « couleur de l'aura » par analogie avec les « couleurs physiques » connues de tous, mais le terme de « couleur » n'est pas vraiment adapté à l'aspect de l'aura.

L'aura est toujours très « transparente » et ses nuances colorées sont souvent très mélangées et changeantes en fonction du moment. L'aura est aussi plus ou moins « lumineuse » en fonction de la personnalité du sujet : une entité positive possède toujours une aura plus lumineuse (de couleur claire) qu'une entité négative (de couleur sombre).

Le corps astral s'imbrique dans notre corps physique, un peu à la manière de l'eau dans le sable. Les atomes extrêmement petits du corps astral possèdent la faculté de passer à travers les atomes des corps physiques.

Le corps astral ne reste pas en permanence dans notre corps physique comme le fait le corps éthérique. Il s'en libère très fréquemment, pendant le sommeil par exemple ou, exceptionnellement, pendant les comas, narcoses ou sous l'effet de certaines drogues.

En cas d'accident grave qui menace le corps physique, il n'est pas rare que le corps astral se libère quelques fractions de seconde (en temps physique), avant le choc ; la notion de temps est alors totalement modifiée pour le sujet, il « vit » son accident au ralenti et ne ressent pas la douleur ! Les accidentés de la route, par exemple, qui ont souvenir d'une telle expérience ne sont pas rares.

Le corps astral se sépare définitivement du corps physique de l'individu, après sa mort (la mort réelle se situe au moment de la rupture de la « corde d’argent »), dans l'attente d'une future incarnation. Le corps éthérique, quant à lui, se désintègre en quelques jours dans le corps physique mais ne se réincarne pas, lors de l’incarnation suivante, le corps astral reconstitue un nouveau corps éthérique qui aura à « gérer » la formation du nouveau corps physique.

Nous pouvons nous réincarner sur Terre mais aussi sur d'autres planètes, en dehors du Système solaire. Le nombre de nos incarnations « terrestres » est très variable d'un individu à l'autre, il est fonction de notre degré d'évolution sur le plan affectif, essentiellement, pour les incarnations terrestres, ce degré d’évolution étant conditionné par notre mode de vie et nos comportements.

Ceci explique le nombre d'épreuves douloureuses que nous traversons sur notre Terre « infernale » (guerre, injustice, déceptions de toutes sortes, etc.). Nous retrouvons de nombreuses allusions à ce mode d'évolution dans des livres sacrés, comme la Bible et l’ancien Testament (sous forme de paraboles).

Les entités qui vivent plus de cent incarnations terrestres ne sont pas rares, sans parler de nos incarnations « extraterrestres » encore plus nombreuses, ce qui serait impossible si la vitesse de la lumière était réellement un « mur infranchissable » (je traite de ce sujet à propos de travaux d'Albert Einstein).

D'une incarnation à l'autre, notre aspect physique est souvent différent, en fonction des parents que nous choisissons (avant notre naissance) pour assurer au mieux notre évolution, mais aussi en fonction du pays (nature du sol, climat, etc.) ou de la planète où nous aurons à revivre physiquement.

Il arrive cependant que notre aspect reste semblable d'une vie terrestre à l'autre, voire d'une vie extraterrestre à une vie terrestre, mais il s'agit là d'exceptions. Un homme peut se réincarner en femme et vice versa mais la même entité peut fort bien traverser plusieurs incarnations en restant du même sexe.

Une particularité est à signaler : en cas de régression importante (suite à un meurtre ou un suicide par exemple), un être humain peut très bien se réincarner en animal pour reprendre son « cycle d'évolution » en tant qu'être humain à zéro après plusieurs incarnations en animal, souvent en chien, chat ou autres : ces animaux ne sont pas forcément d'anciens êtres humains.

Cette période de régression fait partie de ce que les chrétiens appellent « le purgatoire » ou les bouddhistes « le karma ».

Ces périodes ne sont qu'une partie de notre évolution à un degré moins avancé ; les plantes en sont encore à un degré inférieur.

Seul notre regard conserve ses expressions d'une incarnation à l'autre, son magnétisme évolue en fonction de notre degré d'évolution : plus elle est avancée, plus notre regard a de la force magnétique et de « charme ». Ne dit-on pas que le regard est le reflet de l'âme ?

Il n'est pas rare de retrouver des personnes qui nous sont chères d'une incarnation à l'autre, ou après plusieurs incarnations. Nous pouvons aussi retrouver des ennemis.

Souvent, nous « reconnaissons » intuitivement (reconnaissance directe du corps astral marqué par le souvenir de nos vies antérieures) des êtres déjà connus dans des vies précédentes, sans vraiment comprendre pourquoi, « nous éprouvons le sentiment » d'avoir déjà vu cette personne alors que tout prouve cette impossibilité dans notre vie actuelle.

Ceci est courant et vécu par des milliers de personnes qui en témoignent, ce qui serait impossible si le corps astral et les vies antérieures n'existaient pas : inutile de se torturer les méninges et de rechercher, comme le font beaucoup de psychiatres, dans les théories freudiennes des explications « rationnelles » de ce phénomène de reconnaissance, nous ne pouvons reconnaître, que ce que nous connaissons déjà, or les « connaissances » de notre corps astral dépassent très largement ce dont nous avons « conscience ».

Les personnes les plus évoluées astralement sont plus aptes à ce genre de « reconnaissances », les souvenirs de la ou des vies antérieures concernées peuvent être très nets ou demeurer « abstraits », imparfaits si vous préférez.

L'intuition est une faculté qui nous permet de pressentir les événements, de trouver spontanément des solutions, de comprendre certains problèmes sans pouvoir les expliquer : cette faculté est une « manifestation observable » de plus des possibilités de notre corps astral pour venir « en aide » à notre corps éthérique, apportant parfois en une fraction de seconde (en temps « physique ») la solution à un problème alors que le raisonnement logique, faisant appel à l'intelligence, aurait demandé des heures, voire des années.

De nombreuses découvertes sont dues à l'intuition (aux expériences de pensée, disait Einstein qui n'en manquait pas). Plus une personne est évoluée astralement plus son intuition est vive, cette faculté est une sorte de super-intelligence inexpliquée par les sciences humaines, ces dernières refusant obstinément d'admettre l'existence du corps astral (qui pourrait comprendre le fonctionnement d'une voiture automobile en refusant d'admettre l'existence du moteur, le problème est un peu semblable).

D'une manière générale, les femmes sont plus évoluées astralement que les hommes, sauf exceptions que je considère en traitant de l'évolution : il n'est donc pas surprenant qu'elles soient plus intuitives, et aussi plus réceptives à l’art musical ou visuel.

L'hypnose profonde permet de « remonter » dans nos vies antérieures avec un maximum de précision (souvenir des langues parlées dans ces vies par exemple, avec capacité de les reparler couramment, sans aucune hésitation, avec l'accent de la région dans laquelle l'entité a vécu antérieurement à son incarnation actuelle) et permet également de résoudre des problèmes très complexes en des temps records, simplement en faisant appel directement aux capacités du corps astral.

Entre chaque incarnation, le temps « terrestre », que chacun connaît, qui s'écoule est très variable pour la même entité. Il peut varier de quelques heures (ce qui est très rare) à plusieurs siècles, la moyenne si situant entre 10 ans et un siècle… mais il peut être de quelques jours seulement !

L'aspect « immatériel » du corps astral est alors comparable à un nuage très léger d'aspect humanoïde, mais le corps astral possède la faculté de modifier son aspect, en fait, il semble qu'un corps astral non réincarné ne soit visible, que s'il le veut bien.

S'il se laisse surprendre à être observé par une entité « incarné », il possède la faculté de « disparaître », chose très facile, ses possibilités de vitesse de déplacement pouvant dépasser largement celle de la lumière connue sur Terre, en dépit des certitudes erronées des scientifiques qui affirment sans contestation possible que le fait de dépasser la vitesse de la lumière serait impossible, ce qui est totalement faux !

Une entité astrale désincarnée (suite à un décès) peut très bien se manifester à des êtres incarnés qui lui sont chers, ce phénomène n'est pas rare.

La durée d'attente d'une incarnation à l'autre ne peut pas être comparée à notre « espace-temps physique », tout ce passe dans une autre dimension que j'appellerai l'espace-temps astral, tout simplement.

Dans les pages suivantes, je vais essayer d'expliquer les aspects fantastiques et très mal connus du corps astral et leurs incidences sur notre existence terrestre actuelle, dans notre vie « terrestre » de tous les jours.


Différents aspects de l’aura


- L'aura s'assombrit sous l'effet des “baisses de moral” ou des idées négatives : en tel cas l'on dit alors de cette personne <<qu'elle a des idées noires>>
- L'aura se teinte de rouge chez une personne en proie à l'agressivité : origine de l'expression <<J'ai vu rouge>>
- L'aura se teinte de vert sombre (avec très souvent des particules de rouge) sous l'effet de la jalousie : origine de l'expression <<il est vert de jalousie>>
- Des personnes qui aiment les plantes et dont on dit <<qu'elles ont la main verte>> ont très souvent une aura tirant sur le vert clair.
Les Saints dans la religion catholique sont représentés avec une auréole d'or : plus une personne est évoluée, plus son aura temps vers la couleur jaune d'or très clair, presque blanche.

































Comment voir l’aura ?



Tout au long de ce site je vous parlerai de l'aura, de ses manifestations et de son aspect que certains appellent « atmosphère ». Je ne reviendrai donc pas sur ce qui a déjà été vu.

Nous savons qu'elle n'est pas visible à l’œil comme un élément physique. Ses contours extérieurs ne sont pas délimités avec précision, ils restent flous et constamment animés par l'intensité de nos vibrations astrales qui, dans ce cas particulier, deviennent des vibrations auriques, une sorte de champs électromagnétique qui active les atomes de l’air ambiant les plus proches du corps physique.

Pour une majorité d’hommes ou de femmes, voir l'aura est pratiquement impossible en raison des imperfections de notre vue. Cependant, nous possédons presque tous cette faculté dans notre toute première enfance.

Observons un nouveau-né quelques jours après sa naissance : nous remarquerons qu'il n'est pas rare que ses yeux suivent « quelque chose » que les parents ne voient pas.

Puis, un peu plus tard, il fera des sourires à des « personnes » que l'assistance ne voit pas. On dira alors : « le petit sourit aux anges ! ». Cette expression est parfaitement exacte. L'enfant possède la faculté de voir les entités non incarnées qui l'ont guidé dans l'astral quelques mois ou années plutôt ! Ce sont ces entités que certaines religions appellent « anges ».

Plus âgé, quand il commence à parler, son regard suivra toujours certaines « formes » invisibles aux parents. Il arrive même d'entendre des questions telles que : « Maman, qui c'est ce monsieur-là ? ».

La mère ne voyant rien, lui dira : « N'ai pas peur, tu vois bien qu'il n'y a personne ! ».

C'est ainsi que petit à petit, les adultes apprennent à l'enfant à ne plus voir les entités « invisibles » par eux et qui nous entourent. Suite à cet « apprentissage », presque tous les enfants ne voient plus l'aura. Je dis presque tous, parce que certains conservent cette faculté toute leur vie, même lorsqu’ils sont adultes ! Il convient de préciser également que tous les enfants ne possèdent pas forcément cette faculté, un faible pourcentage d’entre eux ne la manifeste jamais. Il n’existe aucune règle absolue : nous sommes tous différents.

Je sais qu'à la lecture de ce site, certaines de ces personnes qui voient naturellement l'aura seront surprises d'apprendre que nombreux sont ceux qui ne voient rien !

Un très grand nombre d'autres personnes sera surpris du contraire : pourquoi ne voient-ils rien ?

Comment faire pour remédier à cela ?

Je pense que la vision « aurique », comme nous l'appelons, est étroitement liée à notre degré d'évolution astrale. La qualité de notre vue « physique » n'a que peu d'importance : certaines personnes pratiquement aveugles voient l'aura !

Pour ma part, ma vision aurique a été très affectée par l'évolution d’un cancer sur lequel je reviendrai en traitant de cette maladie. Pendant une période d'un an environ, je ne voyais plus l’aura. Puis, petit à petit, ma vue aurique est revenue au fur et à mesure que mon état de santé redevenait normal. Je me suis aperçu aussi que sa qualité est étroitement liée à mon alimentation.

J'ai eu la chance de connaître huit personnes qui avaient une vision aurique « naturelle » (je ne parle pas ici de la vue « aurique » sous hypnose qui relève d'autres éléments, elle est alors conditionnée par la sortie du corps astral du corps physique).

C'est en faisant état de nos observations personnelles que j'ai pu déterminer certains éléments qui favorisent à la vision aurique, alors que d'autres la détruisent.

Au cours d'une de mes conférences à Lausanne (Suisse), j'ai organisé des soirées d'études sur ce sujet : comment voir l'aura ? Il m'est très difficile de répondre à cette question car il n'existe pas de solution « miracle ».

Chacun est différent et, bien que cette faculté semble présente en nous tous, bien peu sont capables de la mettre en pratique. Je vais néanmoins essayer en vous disant d'abord ce qu'il ne faut surtout pas faire, ce qui diminue considérablement, voire totalement, cette faculté !

Pour voir l'aura, nous devons maintenir un bon équilibre biologique et ne devons surtout pas :
Fumer
Faire usage de drogue
Boire de l'alcool (mais des exceptions existent)
Consommer des médicaments (y compris de l’aspirine)
Faire d'excès alimentaires
Suivre une alimentation trop « stricte », plus basée sur les « calories » que sur les besoins réels du corps…
Se laisser envahir par l'angoisse
Manquer de sommeil
Faire d'excès de toutes sortes

Par contre, une telle vision est favorisée par :
Un bon état de santé
L’oxygénation (exercices en plein air)
Une alimentation saine, avec le minimum de produits pasteurisés et très peu de viande, favorisant les produits naturels.
Une vie affective équilibrée
Une activité intellectuelle soutenue
Une grande faculté de concentration
Une tournure d'esprit « positive »
la faculté de contrôle du regard, c’est-à-dire que vous devez parvenir à voir la personne dont vous voulez voir l'aura « le vague », dans son ensemble, sans chercher à fixer un point particulier en vous décontractant au maximum.

L'aura est plus facile à voir dans la semi-obscurité qu'en pleine lumière. Avec la pratique, ce type de vision est très facile, presque automatique.

C'est malheureusement tout ce que je peux dire de sérieux.

Voir l'aura est plus une affaire d'évolution personnelle et d’équilibre général (bien que les personnes proches de la mort qui se mettent subitement à voir l’aura ne soient pas rares) qu'une technique. Là encore, rien n’est absolu.

Comment apparaît-elle ?

Ses contours intérieurs sont définis par le volume de notre corps physique, c’est-à-dire par notre peau, alors que l'extérieur est très flou, se situant, selon notre état de santé, nos pensées ou notre degré d'évolution à une distance qui peut varier de quelques millimètres à plus de trente centimètres (ces deux extrêmes sont très rares).

Sa couleur ou plus exactement ses couleurs sont également très difficiles à définir : leurs aspects rappellent « vaguement » les couleurs physiques telles que nous les connaissons sur une palette de peinture. Lorsque nous parlons de couleur de l'aura nous ne donnons en fait que l'aspect dominant car l'aura est composée d'un ensemble de différentes couleurs plus ou moins mélangées, plus ou moins lumineuses en fonction du niveau d'évolution de l'entité concernée, toujours en mouvement un peu comme l'aspect de couleurs qui scintillent, observables au-dessus d'une tôle surchauffée, par exemple.

De nombreux « groupements » dans le monde offrent des formations (rarement gratuites) pour vous permettre de voir l'aura. J'ai personnellement assisté à Genève à quelques-uns de ces « cours » par curiosité : jamais je n'ai vu de résultats positifs parmi les « anciens » de ces cours !

Mieux que ça, il m'a été facile de constater que sur les six « formateurs » que j’ai rencontrés, cinq ne voyaient pas eux-mêmes l'aura. Ils en avaient eu connaissance, par des livres ! Quant au sixième, Jean-Jacques, il la voyait effectivement mais de naissance, naturellement, donc sans technique particulière : c’est dire la valeur de ces enseignements !

Comme moi, lors d'un entretien « en particulier », il reconnut ne pas pouvoir en donner les raisons.

Attention, le nombre de personnes qui prétendent voir l'aura est bien plus important que ceux qui la voient réellement. Un moyen simple de vérifier : si une personne qui s'entretient avec vous voit votre aura, il lui est très facile de définir votre caractère avec précision en quelques secondes sans qu'elle ne sache rien de vous auparavant. Si elle n'y parvient pas, c'est qu'elle prend ses désirs pour la réalité !

Tous ces cours pour « voir l'aura » reposaient sur la « méditation », un mot plein de « mystère » et qui « fait sérieux », mais surtout un mot qui rapporte beaucoup d'argent (très souvent) sans trop se fatiguer (pour qui sait l'exploiter… ou satisfait à une simple volonté de domination du praticien !

La « méditation » que Jean-Jacques faisait pratiquer à ses « adeptes » lui permettait de gagner de l'argent, mais en neuf années de pratique, personne dans ses réunions n'était parvenu à voir l'aura de qui que ce soit (certaines auras sont plus faciles à voir que d'autres, en raison de leur « luminosité » plus forte). Et pourtant, Jean-Jacques était le seul des six « formateurs » que j'ai rencontré à voir l'aura lui-même. Que valait l'enseignement des cinq autres dont deux venaient de l'Inde, évidemment !

Sur les huit personnes que j'ai rencontrées avec ce type de vision, une seule restait capable de visions auriques sous l'emprise de l'alcool ou en état de grande fatigue : Mario, un ouvrier maçon italien. Mario fut très surpris de constater que nous n'étions que trois lors de ma conférence à voir comme lui. Il n'avait jamais remarqué que ses perceptions étaient différentes de celles des autres (il avait 59 ans !

Jamais il n'avait fait quoi que ce soit pour développer ses facultés, ou pour les sauvegarder. Mario était très brun, petit, de tempérament nerveux, les yeux bleu foncé et le regard « perçant », c'était un grand « buveur » et il fumait deux paquets de cigarettes par jour mais ne prenait aucun médicament. C'était vraiment une exception. Les sept autres étaient un peu comme moi, c’est-à-dire que tous les excès, la fatigue et les soucis personnels rendaient plus difficiles leurs perceptions sur de courtes périodes. La plus longue pour moi fut celle de mon cancer, je pensais même avoir perdu cette faculté définitivement. Elle est revenue lentement avec ma guérison.

En résumé, si vous ne voyez pas l'aura naturellement, cette faculté peut être éveillée par une bonne hygiène de vie, mais c'est très rare.

Par contre, sous hypnose profonde au quatrième degré, la vision aurique est presque systématique. Je ne vous donnerai pas de recette « miraculeuse », je n'en ai pas ! Le seul conseil que je puisse vous donner, est de vous méfier de ceux qui prétendent avoir « des dons » et qui en font commerce !

Comme pour l'hypnose par télépathie ou par fascination, pour l'émission de « formes de pensée », voir l'aura relève plus d'un « don » que d'une « technique ».
Dans ce domaine, le seul moyen de savoir est d'essayer !




















                   Coupe frontale du cœur humain				       	         Cœur symbolisé

La forme de l’aura humaine est symbolisée depuis des siècles par la forme de l’as de cœur. Il convient de remarquer que cette forme est très éloignée de celle du cœur physique. Généralement il est représenté de couleur rouge simplement parce que le rouge symbolise le sang, lui-même symbole de la vie. Dans les églises, l'aura des Saints est symbolisée par une auréole dorée : la couleur d'une aura jaune d'or, presque blanche est celle des auras des personnes les plus évoluées, observations qui n'avaient pas échappé aux artistes qui étaient les auteurs de ces représentations picturales. Il est à remarquer que de nombreux artistes peintres portraitistes ou paysagistes voient l'aura naturellement, peut-être est-ce lié à une sensibilité accrue, je ne me permettrai pas d'affirmer quoi que ce soit à ce niveau : je me suis simplement contenté de le constater !
Zone de Texte: Qui parle de mystère ?
Zone de Texte: Pierre Brayard
Zone de Texte:      Sous cette rubrique se trouvent :
						Le corps physique
						Le corps éthérique
						Le corps astral
						Différents aspects de l’aura
						Comment voir l’aura
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Zone invisible
À
L’œil humain
Zone de Texte: Zone invisible
À
L’œil humain
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Liste des sujets