Zone de Texte: Effets du manque d’énergie











Je laisse de côté les effets sans gravité déjà cités que sont la fatigue et le sommeil. Le manque total d'énergie entraîne la mort de toute évidence.

C'est d'un cas très courant et souvent ignoré que je vais traiter : le manque d'énergie prolongé.

Si le corps éthérique manque de réserves d'énergie sur une longue période, il est alors possible d’observer des dépôts de sel d'acide urique au niveau des fibres nerveuses.

Ce phénomène est similaire à celui observable sur une batterie d'accumulateur de voiture automobile : si la batterie est mal chargée, des dépôts de sulfate de cuivre apparaissent très vite sur les fils conducteurs.

Les sels s'éliminent facilement dans un liquide. Il suffit de laver à l'eau les fils conducteurs ainsi oxydés et pour en faire disparaître le dépôt. Ce principe, bien que moins aisé, peut être appliqué au corps humain : chez l'homme ce dépôt de sel d'acide urique s'appelle « rhumatismes ». Il nous fallait trouver un moyen de les « laver ».

Le seul que j'ai trouvé à ce jour, pour des réussites immédiates est l’hypnothérapie : 40 % de succès et 30 % de nette amélioration, comme nous le verrons sous la rubrique que je lui consacre.

L'hypnose profonde permet d'agir directement sur le sang (liquide qui « lave » les sels) et sur le corps astral pour un transfert d'énergie : recharge des « batteries » du corps éthérique…

Libération brutale d'énergie



Le « mécanisme » humain est merveilleusement bien conçu et bien réglé. Malheureusement, dans des cas rarissimes, il arrive que ce mécanisme de distribution d'énergie se dérègle et libère toute l'énergie accumulée en quelques secondes : c'est la mort certaine de l'individu, mais une mort bien particulière : tout son corps brûle spontanément.

Il se produit alors une sorte de court-circuit au niveau des atomes-accumulateurs du corps éthérique et l'énergie stockée par le corps astral est libérée d'un seul coup.

Cet ensemble d'atomes du plexus solaire du corps éthérique est chargé en énergie par le corps astral qui, je le rappelle, est imbriqué dans notre corps physique.

Comme un court-circuit dans votre voiture risque de provoquer un incendie, en imaginant un peu, il en va de même pour notre corps physique ! C'est l'explication toute simple du grand mystère de la médecine sur la combustion spontanée des corps il ne s'agit pas de la combustion des graisses, selon le principe de la bougie, comme certains « professeurs » l'affirment, perdant là de bonnes occasions de se taire…

La télévision a consacré quelques émissions à ce sujet, mais aucune explication plausible n'a été donnée. Chaque siècle, plusieurs dizaines de personnes brûlent ainsi spontanément dans leur voiture, dans leur lit, dans un dancing ou ailleurs, en quelques secondes. Sous l'effet de l'immense chaleur dégagée, leur tête est souvent réduite à la dimension d'une mandarine.

Rares sont les cas où les mains et les pieds brûlent pour la simple raison que ces extrémités sont trop éloignées de la source d'énergie qui se situe au plexus solaire.

Je précise qu'il s'agit d'une combustion « électromagnétique » du corps. Cette combustion, bien que dégageant une forte chaleur (au point de calciner les ossements) en raison de la résistance à leur passage opposée par les matières physiques environnantes, ne se propage pas à l'entourage. Les matières physiques combustibles (bois, papiers, etc.) situées à proximité du corps ne brûleront pas, contrairement à une combustion « thermique », si j'ose dire, qui embraserait tout l'environnement.

Ce type de combustion « électromagnétique » reste à découvrir par les scientifiques, il leur faut encore de longues années et beaucoup d'argent pour « comprendre », enfin, que la combustion « thermique » de la graisse ne calcinera jamais des ossements !

C'est donc une énergie formidable qui se libère dans le corps physique de ces malheureux : leur propre énergie accumulée au niveau du plexus solaire par les atomes-accumulateurs du corps éthérique.

Il faut noter que le cas inverse se produit également : l'énergie en réserve dans les « atomes-accumulateurs » du corps éthérique, au lieu de se libérer brutalement comme dans la combustion spontanée des corps physiques, peut se bloquer d'un seul coup.

Nous pouvons comparer ce phénomène à l'action d'un disjoncteur d'électricité qui, sous l'effet d'une demande d'énergie excessive, pour éviter l'incendie, coupe purement et simplement le passage du courant, sans que son rétablissement automatique se mette en action.

C'est ce qui se passe au niveau de notre système de distribution énergétique, par exemple sous l'effet d'une grande frayeur. L'intensité de l'angoisse (grande consommatrice d'énergie) est telle que le passage de l'énergie s'interrompt brutalement : si le circuit ne parvient pas à se rétablir, c'est la mort. Tous les circuits de notre métabolisme étant « disjonctés », l'arrêt du cœur est certain.

La combustion spontanée des corps est provoquée par une trop grande dépense d'énergie qui occasionne une sorte de « surchauffe » ou de « court-circuit » sans que le « circuit » soit « disjoncté », déréglant ainsi le système de redistribution qui « fonctionne » alors au maximum de ses possibilités sans régulateur.

De cela il est facile de comprendre que ces cas rarissimes touchent des personnes qui dépensent énormément d'énergie en un moment précis, la plus grande dépense d'énergie étant engendrée par l'anxiété, voire la tristesse. Ce phénomène peut être provoqué, à un degré supérieur, par une frayeur, une angoisse très forte, ajouté souvent à un excès alimentaire ou autres grandes dépenses énergétiques, ou plusieurs de ces facteurs combinés.

Normalement, en tels cas, les coupures momentanées d'énergie ne sont que partielles, ceci pour maintenir les fonctions neurovégétatives en action, elles sont indispensables à notre survie. Elles se manifestent par des « pertes de connaissance » momentanées en réaction aux excès de dépenses énergétiques : malaises, étourdissements, syncopes. Ces « pertes de connaissance » ne sont que des sortes de comas de courtes durées qui ont pour but de protéger notre corps pour le maintien de la vie.

Comme nous le verrons, le coma est constaté quand les conditions de cohabitation du corps astral ne sont plus compatibles avec l'état du corps physique ou éthérique. L'état comateux se maintient dans l'attente de conditions meilleures pour permettre la « réincarnation » du corps astral. Cette « déconnexion » du système de distribution de l'énergie constitue un système de sécurité.

C'est la défaillance de ce système qui provoque la combustion spontanée du corps, ou, dans le cas contraire, si la déconnexion est totale, la « reconnexion » de l'énergie ne se fait pas : c'est la mort par absence d'énergie (arrêt cardiaque immédiat). 
Zone de Texte: Qui parle de mystère ?
Zone de Texte: Pierre Brayard
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte:      Sous cette rubrique se trouve :
						Libération brutale d’énergie	
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Liste des sujets