Zone de Texte: Effets de l’hypnose




































Les effets de l'hypnose sont très variables d'un sujet à l'autre en fonction de l'hypnotiseur, du patient et du moment. Le lieu et l'environnement ont aussi une incidence, de même que l'état de santé du patient, et de l'hypnotiseur pour les pratiques par fascination et télépathie.

Ceci fait beaucoup de facteurs à considérer, aussi vais-je me contenter de donner quelques généralités sur les effets les plus inattendus que nous pouvons rencontrer.

Je laisse volontairement les trois premiers degrés d'hypnose de côté, ils n'offrent que peu d'intérêt, hormis pour certaines applications médicales ou pour le spectacle.

Je précise également que je n'accorde aucun crédit aux prétendues « autohypnoses » : sous hypnose authentique, le patient n'a plus usage de sa volonté et le principal problème est souvent le « réveil » (sortie d'hypnose), comment, dans ces conditions, ferait une personne qui prétend « s'auto-hypnotiser » pour sortir d'hypnose ?

Il est vrai que certains font commerce de « méthodes » pour s'auto-hypnotiser. Il ne faut pas confondre un simple état de transe provoquée par l’autosuggestion avec l’hypnose, même si l'appellation « d’autohypnose » se vend mieux !

Voici un aperçu des effets obtenus au quatrième degré. 



Régressions



La psychanalyse se fonde sur nos expériences vécues dès notre enfance.

Ces recherches sont souvent aléatoires, longues et très coûteuses.

Un temps précieux serait gagné et de l'argent économisé en faisant appel à l'hypnose : elle est le moyen idéal pour faire « régresser » un patient dans n'importe quelle période de sa vie terrestre, voire dans ses vies antérieures.

Faire régresser une personne dans sa vie fœtale par exemple ne pose pas de problèmes dans 75 % des cas. Si nous faisons régresser un patient au jour de son premier anniversaire par exemple, il n'est pas rare qu'il revive la scène et dise par exemple qui l'a aidé à souffler sa première bougie et les noms des invités : chose qu'il avait « oubliée » depuis longtemps mais que son corps astral garde en mémoire pour sa vie présente, mais aussi pour ses vies futures.

Il est tout aussi possible de régresser dans nos vies antérieures. À ce stade de régression, très utile en hypnothérapie, le patient ressent tous ses états d'âme passés, ses plaisirs et ses douleurs : revivre une mort est souvent très pénible.

Si cette mort fait suite à un coup de couteau, par exemple, après un réveil rapide, il ressent une blessure physique pendant 2 à 5 minutes suivant les cas. Il faut laisser à son corps astral le temps nécessaire de reprendre sa nouvelle forme physique pour que la douleur disparaisse.

Remarquons que le phénomène inverse se produit lors d'une fracture par exemple : la douleur ne se fait ressentir que quelques minutes après le choc : le temps que le corps astral « épouse » cette blessure physique.

Ce temps est variable, en fonction de l'importance et de l'emplacement des dégâts : souvent, plus ils sont importants, plus ce temps est long (d'une réaction de douleur immédiate pour une petite piqûre on passe à plusieurs minutes pour certaines fractures).

Souvent aussi, la douleur est tardive, lorsque l'attention se concentre ailleurs : le patient ne prend conscience de sa blessure que plus tard, ne sachant même plus comment il s'est blessé.



Voyage dans le temps



Vingt-cinq pour cent environ des personnes hypnotisables au 4e degré peuvent régresser dans une ou plusieurs de leurs vies antérieures. Ce phénomène s'explique par une simple sortie du corps astral du corps physique et un déplacement dans l'espace-temps astral.

Je rappelle qu'au niveau de l'astral (ce que certains appellent injustement la quatrième dimension), que le « facteur temps » n'a rien de commun avec le temps de nos pendules ou calendriers : dans l'astral, remonter de 10 000 ans ne prend que quelques secondes de notre temps terrestre (le temps d'en donner l’ordre et de vérifier l'exactitude des nouvelles perceptions du corps astral).

C'est ainsi que, grâce aux voyages dans le temps, il est facile, pour les personnes qui en sont capables, de retrouver des sites préhistoriques, d'expliquer la vie des gens et des animaux de ces périodes, ce qui est souvent bien différent des théories des historiens, je vous en ai donné des aperçus en traitant de l’évolution de la Terre.

Une étude approfondie de ces voyages merveilleux avec des explications simples sur les « mystères de l'histoire » fera l'objet d'autres publications : pyramides égyptiennes et Incas, les sacrifices humains, Tianhuanaco (au Chili), le triangle des Bermudes, etc. : un ensemble d'études réalisées dans le temps, sous hypnose.

Comme certaines personnes peuvent voyager dans le passé, la « visite » du futur ne pose pas davantage de problèmes pour d'autres (rarement les mêmes).

Par exemple, à Moulins (dans l’Allier), lors d'une de mes conférences, une personne de Bretagne, qui participait à un concours de peinture, a lu, 15 jours avant qu'il soit imprimé, le journal « Ouest-France » de sa région. Le tremblement de Terre qui a ravagé l'Italie faisait les titres.

Nous avons prévenu le consulat italien : personne ne nous a pris au sérieux.

Quinze jours plus tard, le tremblement de Terre faisait de nombreuses victimes et la première page de Ouest-France était exactement celle décrite deux semaines plutôt (cette expérience s'est déroulée en présence de plus de cent personnes dans les locaux de la bibliothèque municipale).

C'est un tel voyage dans le futur qui m'a permis de dire en 1983 que l'U. R. S. S. serait dissoute en 1992 : je suis passé pour un « malade » en écrivant ça et en l'annonçant publiquement.

C'est pourtant ce qui s'est produit !

Au cours de mes nombreuses expériences, j'ai remarqué que les personnes qui voyageaient facilement dans le passé étaient moins à l'aise dans le futur et vice-versa : là encore, chacun est différent.

Il n'est pas question de se cantonner à notre bonne vieille Terre au cours de ces voyages, les sorties sur d'autres planètes ne sont pas rares.

Précisons que nous nous réincarnons également sur d'autres planètes, notamment sur un satellite d'Arcturus, sous un aspect très semblable à celui des terriens, mais beaucoup plus avancé sur le plan technique, au point de permettre à cette civilisation « extraterrestre » de venir « physiquement » visiter discrètement la Terre !

Sur d'autres planètes, notre aspect est totalement différent : après une régression de plus de cent mille ans, vingt-quatre personnes que j'ai hypnotisées se sont décrites avec l'aspect d'un gros chat « civilisé » pilotant des engins volants en vivant sur une autre planète l'histoire du « Chat botté » aurait-elle un fondement ?

Les O.V. N.I. dépassent les conceptions de nos « scientifiques officiels », alors ces derniers en refusent l'existence ! Par exemple, comment expliquer ces agroglyphes : il s’agit de motifs réalisés dans des champs de céréales par flexion des épis, représentant diverses formes géométriques. Concernant ces formes, il peut s’agir de simples cercles ou de compositions de plusieurs centaines de mètres impliquant de nombreuses sections (voir les exemples ci-dessous).
























En pareil cas, de nombreux scientifiques parlent d’impostures… mais aucun n’a été capable de le prouver, ou de simplement expliquer comment, selon eux, de telles figures auraient été réalisées !

Une chose est cependant certaine, des milliers de personnes témoignent de faits « inexplicables » par des phénomènes terrestres : des pilotes de lignes, astronautes, militaires, policiers, etc., mais nos « savants de laboratoire », par des théories auxquelles ils ne comprennent rien eux-mêmes tant elles sont « savantes » (sic), traitent tous ces gens de menteurs, d'hallucinés, de simples d'esprit ou autres qualificatifs à leur niveau et, avec l'appui des médias, des pouvoirs publics et de certains pouvoirs religieux, soutiennent envers et contre tout que ce qu'affirment ces gens est faux !

Si je parle de l'opposition des pouvoirs religieux c'est que dans tous les pays du monde ils tiennent un rôle très important : Admettre l'existence d'extraterrestres démolit leurs enseignements, et porte atteinte à leurs pouvoirs !

Je fais une différence entre pouvoirs religieux et fondements des religions.

En effet, dans tous les livres sacrés, comme la Bible, il est fait allusion pour le moins, à l'existence de vies extraterrestres mais une telle connaissance est dangereuse pour ceux qui, au cours des siècles, se sont servi de la religion en falsifiant ses principes et dogmes pour dominer les peuples introduction du confessionnal ou de l'enfer chez les catholiques, par exemple : de telles notions ne figurent pas dans la Bible…

Or, admettre l'existence de vie extraterrestre constitue la dernière des choses à faire, les tenants de ces « pouvoirs occultes » ont peur d'une atteinte à leur puissance par une preuve irréfutable de leurs mensonges si « savamment » entretenus depuis des siècles avec la complicité des autorités.

Ceci explique l'acharnement des autorités à démolir l'information à ce sujet, cacher les preuves, menacer les témoins, voire dans certains pays, les interner en psychiatrie quelle « noble » science ou « médecine » qui se substitue de plus en plus au pouvoir judiciaire, comme en France par exemple !

Ce phénomène de désinformation est observable dans tous les pays : aucun groupe détenteur du pouvoir ne peut accepter que les populations qu'il domine prennent conscience de la vérité.

Les « scientifiques officiels » ont toujours été à leur solde, tout comme les militaires, donc il leur a toujours été facile d'empêcher une information saine.

La France n'échappe pas à ces pratiques : c'est un des rôles du C. N. R.S. où tous les savants (...) sont des fonctionnaires à la solde du pouvoir, officiellement, mais en réalité de ses rouages occultes qui "télécommandent" ce même pouvoir.

Il est probable que prochainement nous serons témoins d'un renversement de situation : la vérité à trop de force pour être tenue cachée indéfiniment.

Admettre l'existence de civilisations plus évoluées que la nôtre n'est pas acceptable par des esprits dominateurs qui se croient détenteurs de la « science infuse » ou de toutes les « vérités divines » pour mieux maintenir les populations dans « l'ignorance » et en tirer des profits matériels considérables.

Pourtant, les objets volants non identifiés (OVNI) venus d'autres galaxies existent et ne sont pas rares. Il existe des formes de vie différentes sur de nombreuses planètes. Certains « extraterrestres » sont des êtres « positifs » alors que d'autres sont très dangereux (origine des sacrifices humains, pour des dieux venus du ciel, chez les Incas).

Certaines civilisations sont encore moins développées que la nôtre, vivant encore à l'âge de pierre : leurs ressortissants n'appartiennent pas à ceux qui viennent nous « visiter » depuis des millénaires.

Comment prouver de telles existences, en dehors des milliers de personnes qui sont traitées d'hallucinées par les intégristes de la « science » et les pouvoirs publics simplement parce qu'elles ont été témoins de passages d'astronefs ou autres manifestations extraterrestres, par contact astral ?

Nous pouvons connaître la nature chimique des matériaux utilisés pour la fabrication de ces astronefs, simplement en la demandant télépathiquement à certaines entités qui acceptent la communication.

C'est ainsi que des alliages à base de cadmium et de titane sont couramment employés, comme certains carbonates de silicium, taillés en forme de pyramide servent de capteur d'énergie électromagnétique (tellurique et cosmique) pour propulser les astronefs.

Des disques en or servent dans certains « véhicules de l’espace » d'amplificateur d'énergie : Pourquoi l'or, depuis des siècles, est-il si précieux sur Terre ? Ce n’est pas simplement du fait qu’il soit pratiquement inoxydable, très ductile !

Quelle était la raison d'être des célèbres disques d'or, aujourd'hui disparus, des Incas ? Nos « scientifiques officiels » le découvriront… peut-être, un jour.

De ceci il ressort aussi que les contacts astraux avec des personnes disparues sont réalisables tout comme les prédictions sont tout à fait possibles pour qui est capable de sortie dans l'astral.

Toujours au niveau de l'astral, certaines personnes se révèlent dotées de capacités extraordinaires pour détecter des lésions cellulaires dans l'organisme physique humain et de tous les êtres vivants, pour trouver l'origine des troubles.

J'avais une amie, près de la frontière suisse qui, sortie de l'hypnose avait conservé cette faculté en se plaçant en état médiumnique. Elle était consultée régulièrement par des médecins genevois ou d'Annecy pour des problèmes qui leur étaient insolubles. Des lésions qui échappaient au scanner lui apparaissaient immédiatement et les recherches entreprises sous ses directives confirmaient ses « visions astrales » !

Mais attention à la multitude de charlatans qui exploitent la naïveté ou le malheur des gens pour se faire de l’argent, sous prétexte de les aider !

Les supports (cartes, chiffres, marc de café, pendule, etc.) ne sont que des accessoires dont les « voyageurs » de l'astral n'ont pas besoin : une véritable vision astrale donne immédiatement, sans artifice ridicule ou autres formes de fétichisme, les données des problèmes, voire leurs solutions.

Les personnes les plus douées pour ce genre de « voyage » sont généralement des femmes (l'intuition est une forme larvée de ce phénomène).

Ces personnes sont aussi les plus « détachées » de l'intérêt matériel, ce qui fait qu'elles ne pratiquent jamais pour de l'argent, tout au plus acceptent-elles quelques dons volontaires, mais tel n'est pas leur but, même si elles disposent de moyens qui leur permettent tout juste de vivre.

Entacher de telles recherches par un quelconque intérêt financier aurait pour résultante des résultats totalement faussés, ce qui fait que nous ne trouvons pas leurs adresses dans la publicité des « revues spécialisées », n'en déplaise à certains.


Recherches archéologiques


Toujours sur le même principe, quoi de plus facile que remonter dans le temps pour effectuer des recherches archéologiques.

Il suffit de placer le patient en un point précis et de remonter progressivement les siècles pour savoir ce qui s'est passé à cet endroit.

Sans se déplacer physiquement, nous pouvons observer la construction des pyramides par exemple et se rendre compte des erreurs monumentales, si j'ose dire, des historiens et autres spécialistes qui refusent d'admettre que la lévitation existe : les Égyptiens anciens la maîtrisaient parfaitement, pouvant sans peine soulever des blocs de pierre de plusieurs tonnes, sans cordage ou autres amoncellements de sable !

Si nous acceptions les théories des archéologues d'état, le travail de l'ensemble de la population de la Terre à l'époque aurait demandé plus d'un siècle de travail pour bâtir une seule pyramide. Or, chaque pharaon, dont la durée de vie n'était que de 30 à 40 ans, faisait construire « SA » pyramide, je laisse à chacun le soin de faire les calculs.























						Que sera Paris dans 5 000 ans ? La rouille aura réduit la tour Eiffel à néant, qu'en diront les historiens ?

						Combien d'édifices ont ainsi disparu sans laisser de trace l'Atlantique, Mu, Îles de Pâques, et tous les autres sites habités.
						et détruits par le déluge).

						Par les voyages astraux dans le temps nous disposons d'un moyen extraordinaire de tout revoir, avant les destructions,
						tout en observant et entendant les habitants, chose impossible aux historiens.





















Médiumnité

Arrivé à ce stade du voyage astral, passé à la médiumnité est automatique, mais attention : les vrais médiums sont presque aussi rares que les hypnotiseurs capables de travailler par télépathie, c’est-à-dire directement au niveau de l'astral.

Des millions de personnes se prétendent « médium » dans le monde : soit à titre professionnel soit à titre d'amateur et cherchent à en tirer profit !

De plus en plus, en raison des crises économiques qui se suivent, un climat d'insécurité se développe et avec lui le besoin, pour le commun des mortels, de savoir ce qui l'attend, un état d'incertitude face à l'avenir que ne manquent pas d'exploiter des « médiums » de tout poil.

Les vrais médiums sont discrets et ne tirent aucun profit de leurs possibilités, tout juste acceptent-ils, parfois, de petits dons, sans jamais rien demander ou faire comprendre à ceux qui les sollicitent qu'il faut les rémunérer.

Comment reconnaître un vrai médium d'un faux ? Je ne parlerai pas des faux, ils sont trop nombreux et leurs pratiques relèvent plus de l'escroquerie et de l'abus de confiance que de la voyance.

En revanche, reconnaître un vrai médium est très facile : je précise que je ne suis pas médium moi-même, même si, comme beaucoup, j'ai souvent des « flashs » ou des intuitions précises qui se vérifient.

Le vrai médium dépasse largement ces embryons de possibilités communes à de nombreuses personnes : il est capable, par exemple, lors d'un contact astral avec une entité ayant vécu dans un autre pays que le sien, d'en parler parfaitement la langue pendant la durée du contact.

Sans discussion préalable, sans artifice, le plus simplement du monde, le vrai médium est capable de vous décrire avec précision des situations que vous avez vécues physiquement et même dans vos rêves, d'effectuer des recherches précises sur une personne disparue, de retracer les circonstances de sa disparition, etc.

Pour parfaire la recherche et s'assurer qu'il ne fait pas fausse route, il donnera des renseignements précis sur le disparu, tels que la marque de sa montre, la date et lieu de l'achat, type d'habits avec couleur, marque et circonstance d'achat, etc.

Il existe de nombreuses possibilités médiumniques sous hypnose profonde.


Contacts avec l’au-delà


Par exemple, si vous souhaitez un contact astral avec votre grand-mère décédée voici 30 ans. Si votre grand-mère ne s'exprimait qu'en breton, langue que vous parlez également, vous avez probablement des souvenirs précis de votre grand-mère.

Dès le contact astral avec votre grand-mère dans l'au-delà, la voix du médium change, il parle alors le breton et vous devez reconnaître le vocabulaire, voire parfois la voix de votre grand-mère.

Vous pourrez converser avec elle, en breton, par l'intermédiaire du médium, même si ce dernier ne comprend pas un seul mot de breton.

Extraordinaire ? Absolument pas pour un véritable médium : si votre médium n'est pas capable de ce type de contact, méfiez-vous, ses voyages astraux sont moins évidents qu'il ne le prétend, ils se limitent souvent à l’intérêt qu’il porte au contenu de votre portefeuille !

Ne confondez pas le sens psychologique avec la médiumnité !

Il en va de même pour les recherches : le vrai médium ne situe pas un disparu sur une carte (sur la base de déductions logiques le plus souvent), il vous dit exactement l'endroit. Si la personne recherchée est dans une ville : il vous dira le nom de la ville, la rue et le numéro, pouvant aussi préciser l'étage, le mobilier de la pièce et les vêtements de la personne recherchée, sans que vous lui en ayez parlé auparavant !

Le plus difficile pour un médium est de déterminer les dates avec précision, l'espace-temps étant différent dans l'astral. Cependant, il existe des points de repère toujours possibles : calendriers, dates des journaux, des cachets postaux, etc., qui peuvent être lus dans le temps ce qui permet de remédier à cet inconvénient.

Aide aux comateux

Nous l'avons vu, une personne dans le coma est en état d'attente, plus ou moins longue, d'une amélioration de l'état de son corps physique pour permettre la réintégration de son corps astral.

Si cette réintégration n'est pas possible, la corde d'argent se rompt et c'est la mort.

Dans les états de coma, l'individu se sent seul généralement (il peut aussi établir des contacts astraux avec des entités immatérielles), souvent désemparé, il éprouve une certaine peur à réintégrer son corps physique, et à affronter les problèmes qu'il aura à résoudre (pour retrouver sa santé, par exemple) : il a alors grand besoin d'être encouragé et d'avoir de bonnes raisons pour réintégrer son corps physique.

C'est en cela que la mise sous hypnose profonde d'un être qui lui est cher, à défaut un médium, peut provoquer sa réintégration (un apport direct d'énergie doublé d'un contact télépathique s'avère aussi souvent très efficace).

En effet l'être cher, ou le médium qui fera l'intermédiaire, pourra alors communiquer directement avec lui dans l'astral, le conseiller, le réconforter : agissant alors directement à la manière d'un « ange gardien », mais un « ange gardien » qui l'attend « sur Terre » et qui sera physiquement à ses côtés.

Les personnes qui ont vécu ce contact astral, à leur sortie du coma, se souviennent assez nettement de telles interventions et en conservent un souvenir très réconfortant.

Il ne faut jamais craindre de parler à un comateux : ses corps astral et éthérique fonctionnent, donc il entend ce qui lui est dit bien mieux que par son corps physique.

Attention : il est également possible d'intervenir directement, pour sortir une personne du coma, par un puissant transfert d'énergie et un contact télépathique, cependant, une telle pratique, si elle donne des résultats très positifs, elle n'en est pas moins dangereuse, pour le praticien.

En effet, lorsque le malade est une entité qui vampirise habituellement son entourage, il sera automatiquement amené à vampiriser l'énergie de son sauveur, risquant d'occasionner chez lui des troubles graves.

Il est donc conseillé de limiter de telles interventions en raison de ce danger : une sélection des patients est indispensable.

Transferts d’énergie

Le contact astral permet d'effectuer des transferts d'énergie qui peuvent être salutaires au malade qui en a besoin pour « régénérer » ses cellules détériorées.

Ces transferts d'énergie sont extrêmement importants dans tous les problèmes de santé. Ils peuvent se faire de trois manières :

Directement, en présence du patient, par imposition des mains ou par le regard.
Avec un arbre : j'utilise souvent le chêne pour un transfert important, en complément d'un transfert direct. Choisir le printemps ou l'été, lorsque l'arbre entre en "hibernation" (de la chute des feuilles à la repousse) son énergie est plus faible.
À distance : par télépathie, selon le principe des « formes de pensées ».

Ces transferts rechargent en énergie les atomes accumulateurs du corps éthérique de la personne en état de faiblesse : le praticien agit un peu à la manière d'un chargeur de batterie automobile lorsque la batterie est dite « à plat ». Pour ce faire, il n'est pas besoin d'être un "médium" qui est généralement un élément récepteur, si j'ose dire. En revanche, être un élément émetteur est indispensable : il en va de même pour la pratique de l'hypnose par fascination ou par télépathie.

Cet apport d'énergie permet à l'entité affaiblie de retrouver une certaine vigueur, très utile pour retrouver la santé.


Les « formes de pensée »

Peu de personnes connaissent la force prodigieuse de la pensée. Lorsque cette force est capable de se « matérialiser » ou de modifier le comportement ou le devenir d'autrui, nous appelons ce type d'émission d’énergie astrale des « formes de pensée ». Cette énergie est concentrée au niveau des « accumulateurs » du corps éthérique.

De nombreuses personnes qui ont profané certaines pyramides égyptiennes sont mortes de mort violente peu de temps après, simplement parce que ces tombeaux sont protégés contre la profanation par des « formes de pensées », émises à l'époque des pharaons, donc en dehors de l’espace-temps de nos montres, mais de celui du « astral » totalement inconnu de nos « scientifiques » !

Mystère inexplicable pour la science, mais connu des « initiés » de haut rang ! Les Égyptiens anciens, comme les Incas et les Tibétains connaissaient parfaitement l'usage des « formes de pensée », ils s'en servaient également pour bâtir leurs monuments.

Leurs forces sont prodigieuses et, comme elles sont émises directement par concentration d'énergie au niveau du corps astral, leur effet est intemporel, c’est-à-dire qu'il peut durer des millénaires (en temps terrestre minuté) sans perdre de leur puissance !

La pratique de l'hypnose par télépathie à distance relève de ce genre de phénomène, il n'est pas étonnant que ceux qui sont aptes à la pratiquer soient également aptes à émettre des « formes de pensée ».

Ce sont des pratiques qui visent à de telles finalités que travaillent les adeptes de plus de 800 sectes dans le monde, notamment celles qui pratiquent la magie noire (dévots de Satan, vaudou, temple solaire, scientologie, etc.). La « magie noire » consiste à émettre des pensées « négatives » pour provoquer des asservissements ou la mort.

Par opposition, d'autres groupements, religieux généralement, émettent des pensées « positives » (principe des prières), pour ramener la paix dans le monde par exemple ou pour aider des personnes en difficulté.

Très rares sont les personnes capables d'émettre seules des « formes de pensée », mais lorsque c'est le cas, leurs forces sont prodigieuses en raison de leur concentration, de leur homogénéité (impossible à obtenir avec un groupe) et de leur précision.

Pour arriver à cela, un degré d'évolution très avancé est indispensable.

Pour cette raison, il est très rare que des entités négatives puissent émettre de telles « ondes astrales » pour provoquer des événements à distance et dans le temps, heureusement !

Par contre, il est relativement facile à toute personne capable de provoquer des événements à distance (hypnose, ubiquité, contact télépathique soutenu, etc.) de neutraliser les « formes de pensée » émises par « magie noire » en raison de l'énergie plus faible de ces dernières, bien que très dévastatrices. En tel cas, il suffit de « retourner à l'envoyeur » ses propres pensés en amplifiant leurs propres énergies, c'est ce que j'appelle l'effet de boomerang.

L'effet de boomerang amplifie la force de la forme de pensée, qu'elle soit positive ou négative, immédiatement. Il est donc possible de venir en aide à une personne victime de pratiques de la « magie noire » ou autres « pensées négatives ». L'émission de « formes de pensée » n'est pas un jeu, ses possibilités dépassent souvent l'imagination.

Par exemple, certaines personnes sont capables de se matérialiser en plusieurs endroits à la fois, comme le célèbre Padre Pio. De tels cas d'ubiquité sont très rares.

D'autres peuvent déplacer des objets très lourds à distance. Cette forme de lévitation neutralise la force d'attraction terrestre. Ces « formes de pensée » étaient très utilisées dans l'antiquité pour la construction (pyramides, temples, murs, etc.).

Aujourd'hui, très peu de personnes dans le monde en sont encore capables ; l'évolution matérialiste que nous connaissons présente de nombreux effets très négatifs sur l'évolution humaine.

D'autres encore peuvent agir directement sur leurs semblables en neutralisant leurs pensées négatives. L'émission de « formes de pensée » de ce type agit directement sur le corps astral des autres entités. Très rares, elles sont aussi très redoutables car non seulement elles utilisent leur propre énergie (celle-ci suffit par exemple à hypnotiser quelqu'un à plus de 20,000 km) mais en plus elles peuvent retourner l'énergie de l'autre sur lui-même : ce qui est excellent si cette énergie est positive, mais dans le cas contraire, celui qui émet des pensées négatives contre quelqu'un en subira lui-même les conséquences.

C'est l'explication toute simple des « cercles de protections » et de l'effet « boomerang » : celui qui veut éliminer quelqu'un s'éliminera lui-même.

Cet effet est terrifiant car il n'est pas nécessaire, pour être efficace, de connaître la personne qui émet les pensées négatives : elles se retournent contre lui automatiquement un peu comme une balle lancée contre un mur revient à celui qui l'envoie. Seulement dans ce cas, le retour est amplifié en puissance par les « formes de pensée » qui provoquent le « retour ».

C'est une justice astrale contre laquelle personne ne peut résister car en plus de sa propre énergie elle utilise celle de l'envoyeur, ce cumul de forces est obligatoirement supérieur à l'une d'entre elle. Les personnes capables d'émettre de telles « formes de pensée » possèdent en plus un sens psychologique très rapide et très profond.

La puissance de retour est telle que souvent les personnes capables de telles « formes de pensée » renoncent à les utiliser : une fois « lancées », il est impossible de les arrêter car celui qui les émet ignore souvent qui les recevra !

C'est le moyen le plus efficace pour neutraliser la « magie noire » ou les « envoûtements », mais il faut savoir que ceux qui pratiquent ce genre de « magie noire » (souvent, ils se font appeler « mages ») risquent alors leur vie si des « formes de pensée » de protections sont émises et leur retournent leurs propres maléfices ! Les "commanditaires" de telles actions subissent également les mêmes contrecoups.

Dans le domaine des « formes de pensée » aussi, chacun est différent. Dans toute action de ce type il faut savoir que l'effet de boomerang est automatique, c’est-à-dire qu'une pensée positive vous revient positive mais quand une pensée est négative elle vous revient négative et ceci quelle que soit la force de celui qui l'émet, même si la personne émettrice ne dispose pas de don particulier.

Donc, celui qui a assez de force pour émettre des « formes de pensée » a tout intérêt à rester positif. Pour se protéger, il est parfois très utile de se concentrer ainsi pour neutraliser, voire éliminer ceux qui veulent vous détruire ou détruire ceux qui demandent votre protection : en tel cas, ne jamais diriger de « formes de pensée » contre quelqu'un en particulier (une erreur pourrait avoir des répercussions terribles contre la personne et pour vous-même), mais contre l'auteur de l'action négative, sans penser à personne en particulier, tout se fera automatiquement. Cette forme de justice astrale est implacable s’oppose à toute injustice, chose impossible à nos tribunaux !

C'est en se basant sur ce principe qui est des plus naturels que les adeptes de « magie blanche » (certaines religions) préconisent de vouloir du bien à tous, y compris à ses propres ennemis, et incite au pardon : même si beaucoup d'entre eux ignorent le véritable fondement des prières, l'interprétation de certaines paraboles de la Bible, par exemple, est très claire sur ce point.



Neutraliser l’hypnose



Nous avons vu que l'hypnose peut être utilisée à des fins positives mais aussi négatives, dans le but d'asservir une personne ou une foule.

Si neutraliser un effet hypnotique positif n'offre aucun intérêt, en annuler les effets négatifs est très important.

L'hypnose la plus négative, et aussi la plus courante, est l'hypnose par la terreur. Une personne peut être « terrorisée » à vie, ce mot convient mieux que celui d'hypnotisée, bien que les résultats soient les mêmes : le comportement de la victime est totalement aliéné par la personne responsable de son état.

Dans de tels cas, il est très important de neutraliser les effets hypnotiques.

Les hypnoses pratiquées à des fins de domination ou d'asservissement relèvent des techniques d'hypnose que je qualifie de négatives, c’est-à-dire qui abaissent le taux de vibrations astrales du sujet (hypnose par médium, suggestion, osmose, terreur, chimique).

Le moyen le plus efficace pour les neutraliser est de pratiquer une hypnose positive, qui augmente le taux de vibrations astrales (hypnose par fascination ou par télépathie).

Neutraliser les sectes

Nous savons que de nombreuses sectes utilisent l'hypnose pour recruter et asservir leurs adeptes. Très rares sont ceux qui trouvent la force de caractère de se libérer de ces sectes mais c'est possible.

Ces personnes endoctrinées, manipulées ou asservies par les « gourous » sous effets hypnotiques manifestent souvent un besoin d'aide intensive pour se libérer et retrouver leur personnalité.

Si nous voulons neutraliser ces effets hypnotiques particulièrement négatifs nous devons connaître la nature des techniques d'hypnose utilisées dans chaque cas particulier.

Cette recherche est assez facile. Elle relève généralement de la suggestion directe, pour les recrutements surtout : la « victime » repérée (les personnes très suggestives, malades, dépressives ou en proie à tout autre problème psychologique ont la préférence des « recruteurs »), elle sera abordée avec une « gentillesse » extrême par un ou deux (le plus souvent) membres de la secte.

Ces « recruteurs » ont pour mission d'amener le futur « adepte » jusque dans les locaux de la secte. Cette mission de recrutement est confiée aussi bien à des hommes qu'à des femmes. Le plus souvent, ils pratiquent en couple.

Pour convaincre les hésitants, tout est bon. Spécialement formés, les « recruteurs » savent se montrer « gentils », à l'écoute de tous les problèmes, rendre service, "conseiller", expliquer leur « cas personnel », séduire (les relations sexuelles ne sont pas exclues, seul le résultat compte), voire en dernier ressort, menacer directement ou en « prédisant » les pires catastrophes.

Ça ne marche pas à chaque fois, mais trop souvent, hélas, les résultats recherchés sont obtenus et le nouveau venu « franchit les portes de la secte ».

La phase du travail la plus difficile est alors terminée : le recrutement, pour rester légal, ne doit pas être une contrainte de nature à être prouvée, aucun risque n'est pris : aucune sanction pénale n'est prévue dans les textes de loi pour ce type d'agissements pour ne pas porter atteinte aux libertés individuelles et respecter la convention des droits de l'homme, donc tout va bien !

La seconde phase est celle de l'endoctrinement. Le moyen le plus simple utilisé, c'est l'effet d'osmose de la suggestion hypnotique en groupe. Une fois pris dans la masse, les nouveaux venus auront toutes les peines du monde à s'en sortir.

Selon les sectes, les exigences des gourous varient : les adeptes, sous couvert de principes religieux, sont souvent dépossédés de leurs biens « matériels » (symbole du péché), exploités dans des travaux « pour la communauté », livrés à la mendicité, la prostitution ou autres activités de ce genre.

Les plus « soumis » feront de nouveaux « recruteurs », voire des chefs dans la hiérarchie de la secte, sous les directives du gourou, qui se fait appeler « grand maître », « imperator », « être de lumière », « père » ou autre. Donc, pour un tel asservissement, la suggestion avec effet d'osmose est la technique la plus souvent employée. Sa force est redoutable et il devient très difficile de sortir des individus des griffes de leurs gourous.

Il n'est pas rare non plus que la suggestion, en plus de l'effet d'osmose, soit complétée par la terreur. Les sévices sont alors fréquents. Les réprimandes, supplices, viols, chantages, intimidations, menaces de représailles font aussi partie de « l'attirail » d'asservissement de certaines sectes, sans oublier parfois l’usage de drogue.

Combien de milliers de personnes dans le monde ont tenté de sortir leurs enfants de ces sectes ? Je l’ignore mais toujours est-il que ce problème est très préoccupant, car toutes sont plus ou moins protégées, au nom de la liberté de penser.

Les gourous prennent toujours la précaution de convaincre leurs « proies » que leurs parents sont posséder par le « Diable » (le plus souvent), alors que « Dieu » (lui-même) qui dirige la secte serait « Amour » ! Le problème, sur le plan juridique n'est pas simple !

Certaines personnes, aux États-Unis notamment, ont formé des associations en vue de venir en aide aux familles pour « récupérer » le fils ou la fille ainsi « détourné ».

Toutes les sectes (précisons qu'aucune n'accepte un tel qualificatif) affirment que tous leurs « adhérents » agissent de leur plein gré, en apparence, c'est vrai et je le croirais volontiers si je ne connaissais pas les effets post-hypnotiques provoqués par la suggestion, l'osmose, certaines drogues ou la terreur.

Il est très facile de faire agir quelqu'un à l'opposé de sa volonté sans qu'aucune contrainte extérieure n'apparaisse. C'est bien là toute la difficulté que rencontrent la police et ceux qui cherchent à contrer ces sectes : les gourous retournent les adeptes contre toute forme d'autorité autre que la leur, contre leur propre famille, contre leurs amis, contre tous ceux qui veulent sincèrement leur venir en aide, leur permettre simplement de retrouver leurs esprits et leur liberté : en un mot, les sortir de l'état « hypnotique » qui leur est quotidien, les faisant esclaves de quelques « illuminés » pouvant être extrêmement dangereux (crimes, suicides collectifs, etc.). Il convient de préciser que certaines de ces sectes sont armées jusqu'aux dents et capables de tenir tête à une armée !

Comment, par l'hypnose, neutraliser ces gourous ? Nous savons que leurs systèmes font largement appel aux techniques d'hypnose négative (abaissement du taux de vibrations astrales) que sont les techniques de la suggestion, l'effet d'osmose hypnotique, les drogues et la terreur. Pour les contrer, il n'existe qu'un seul moyen : pratiquer une hypnose plus puissante et rétablir chez les victimes leur taux de vibrations astrales initial. C'est en fait beaucoup plus facile à dire qu'à faire. Voici comment pratiquer.

Nous avons à faire à des individus totalement fanatisés, convaincus de détenir toutes les vérités : nous ne devons en aucun cas les contrarier, au contraire. Nous devons dans un premier temps agir comme le gourou qui les a endoctrinés, c’est-à-dire les écouter, leur poser des questions discrètement, les faire parler sans jamais les contredire : ce n'est pas facile, mais avec un peu de psychologie, nous obtenons de bons résultats. Nous devons absolument gagner leur confiance, ne pas les juger, les comprendre et les informer. Respecter leur personnalité est impératif, ce qui exclut une hypnose « puissante » à leur insu, sauf dans les cas extrêmes ou leur vie est en danger.

Une fois le « contact » établi, ce qui est la phase la plus difficile, notamment celle de l'approche, nous pouvons commencer par élever le taux de vibrations astrales du patient par fascination ou par télépathie, les deux seules « techniques » d'hypnose positive (qui élèvent le taux de vibrations).

Un problème risque de se poser : l'état mental de la victime de la secte n'a-t-il pas été détérioré de manière irréversible par l'usage de drogue ou par des traumatismes causés par la peur ? Si tel est le cas, plusieurs interventions sont à prévoir et la partie n'est jamais gagnée d'avance.

Dans le cas contraire, l'hypnotiseur doit convaincre le patient d'accepter une hypnose très profonde, de libérer son corps astral en s'appuyant si possible sur des principes qui lui sont familiers et lui proposer d'aller plus loin encore dans la recherche de lui-même (argument largement utilisé par les gourous pour « sortir » une personne de ses problèmes habituels et lui imposer ses propres conceptions) : l'acceptation de la victime est indispensable pour obtenir des résultats positifs stables à long terme.

Une fois l'acceptation consciente obtenue, l'hypnotiseur doit faire régresser la victime à une période antérieure à ses problèmes pour qu'il se « réimprègne » de sa véritable personnalité.

Puis, toujours dans l'astral, le faire s'observer la veille de votre intervention, faire agir alors son sens critique et lui demander ce qu'il pense de ce qu'il est devenu, faire en sorte que ce souvenir lui soit présent à son « réveil » et lui suggérer de redevenir l'individu libre qu'il a été et qu'il doit être envers et contre tout, qu'il en est capable s'il en a la volonté (faculté réduite presque à zéro sous hypnose) et surtout qu'il en a la force.

À ce moment-là, lui faire un puissant transfert d'énergie au niveau du plexus solaire pour « recharger » ses « atomes accumulateurs » pour qu'il soit apte à se défendre de toutes dominations astrales, du genre de celles que pratiquent les gourous.

Les chances de succès sont de l’ordre de 70 à 80 % selon les sectes, mais souvent, cela demande des mois. Le principal problème : très peu d'hypnotiseurs possèdent assez de force pour contrer ainsi l'effet d'osmose et plus encore, la plus dangereuse de toutes les hypnoses, celle créée par la terreur ! Il faut préciser que ce genre d'intervention n'est jamais sans danger pour le praticien, des sectes qui pratiquent l'extermination physique ne sont pas rares. Il est toujours conseillé en tel cas de travailler en collaboration avec la police, à condition d'être certain d'avoir à faire à un officier de police ou un magistrat qui ne soit pas lui-même corrompu (membre de la secte), dans la mesure où il est possible de trouver des policiers de confiance et suffisamment intelligents pour comprendre : il s'agit là d'une autre recherche, pas toujours facile !

Neutraliser la terreur

Neutraliser les effets hypnotiques provoqués par la peur ou la terreur offre un vaste champ d'action pour des interventions contre les abus et les exploitations malveillantes de l'hypnose.

Nous venons de voir que les sectes qui utilisent la terreur pour « endoctriner » leurs disciples ne sont pas rares. L'utilisation de la peur ou de la terreur est certainement « l'arme » préférée par les entités négatives pour asservir autrui.

Voyons quelques exemples de personnes ainsi asservies :

	- Les femmes ou les hommes (plus rares) qui « subissent » leur conjoint ou compagnon par peur de la violence physique ou morale, peur de perdre leurs enfants, peur de se retrouver à la rue sans rien : moyen souvent utilisé comme forme de chantage par les entités négatives, etc.

	- Les personnes qui signent n'importe quel aveu par terreur après un passage « à tabac » par des policiers très courant dans la pratique, ce qui a amené la jurisprudence en France à n'accorder que peu de crédit aux aveux, en théorie, la pratique est souvent moins flatteuse, lorsque l'inculpé n'a pas les moyens de s'offrir les services d'un bon avocat…

	- Par peur des ennuis, de nombreuses personnes se dérobent à leurs obligations (non-assistance à personne en danger, refus de témoignages par exemple). Ce comportement peut aussi souvent être assimilé à la lâcheté.

	- la peur fait qu'un peuple subit un pouvoir tyrannique sans réaction.

En résumé, la peur ou, plus encore, la terreur modifie le comportement d'un individu de la même manière que l'hypnose provoquée par suggestion, souvent même avec beaucoup plus de force.

Par exemple, une femme terrorisée par son mari peut parfaitement être poussée au meurtre ou se suicider sans avoir jamais eu l'intention de le faire. Par peur toujours, elle risque fort de ne jamais dire ensuite avoir agi sur « ordre » de son mari (pour un meurtre ou autre délit), allant, dans certains cas, jusqu'à subir la prison sans rien dire, ou la laisser subir à une personne qu'elle sait innocente, par peur de représailles si elle venait à suivre sa conscience !

Certains diront que « l'hypnose par peur » est plus de la lâcheté que de l'hypnose : dans certains cas c'est probable, mais je ne serai jamais aussi catégorique : des personnes traitées de lâches qui agissent simplement sous effet hypnotique, contre leur volonté, sans la moindre résistance, totalement résignés, malgré la répugnance ressentie devant leur propre comportement ne sont pas rares. Il est important, je pense, de savoir pourquoi et comment.

Les entités négatives manquent d'évolution astrale. Leur comportement est encore très proche de celui d'une bête fauve : la violence, l'absence de scrupule et de sentiment, une insensibilité au malheur d'autrui les caractérisent.

La seule chose qui ait de la valeur à leurs yeux, c'est elles-mêmes. Seule leur volonté doit faire loi. Leur besoin de domination et de possession est immense. Ce sont des êtres faibles sur le plan de l'évolution. Moins un individu est évolué plus il est orgueilleux et dominateur, donc dangereux.

Des formes édulcorées existent mais le fond de négativisme reste le même : l'évolution est très lente et se fait sur plusieurs incarnations. Les entités négatives « édulcorées » se retrouvent en quantité dans les professions de « pouvoir » : police, magistrature, armée, enseignement, fonction publique, etc. Heureusement qu'il existe aussi dans ces corporations des entités positives pour « modérer » leur « ardeur », bien qu'elles soient minoritaires.

Nous trouvons aussi de nombreuses entités négatives parmi les délinquants, les criminels, les individus violents, vindicatifs, possessifs, jaloux, calculateurs, sournois.

Les entités négatives ne sont pas rares et se retrouvent chez les deux sexes, bien que les signes de sous-évolution astrale soient plus cachés chez les femmes : regardez par exemple les femmes magistrats ou policiers qui sont de véritables fauves dès qu'elles disposent quelques pouvoirs, à la stupéfaction de leurs collègues hommes bien souvent !

L'adage « donnez des pouvoirs à un médiocre, vous en ferez un tyran » est parfaitement juste ! Un mari médiocre a des « pouvoirs » sur sa femme et ses enfants, ne les enviez pas, beaucoup vivent dans la peur !

Comment en suis-je arrivé à la conclusion que la peur est génératrice d'hypnose ? Simplement par le fait que, sous l'influence de la peur, le taux de vibrations du corps astral s'abaisse brutalement et modifie le fonctionnement du corps éthérique, allant même dans les cas extrêmes, jusqu'à le bloquer totalement provoquant la mort.

Un phénomène semblable se produit lors de la simple suggestion hypnotique et plus encore lors des hypnoses par procédés chimiques.

De plus, dans le comportement d'une personne terrorisée, sa soumission aux ordres de celui qui la persécute ressemble à la soumission aux ordres d’un hypnotiseur (ses objectifs sont totalement différents, heureusement ! L’insensibilité à la souffrance de leur persécuteur face à leur souffrance est analogue à celle des individus qui pratiquent l'hypnose négative provoquée « volontairement » à des fins personnelles de domination.

Connaissant ces particularités et les effets négatifs de la terreur, comment peut-on les neutraliser ?

Comme pour l'ensemble des interventions que je préconise au niveau du corps astral, j'élimine la psychiatrie, « science » souvent aussi négative, sinon plus, que les effets à combattre : La recherche de la facilité, matérialisée en France par l'injection systématique de neuroleptiques (sorte de lobotomie chimique) ou autres drogues de cette nature est à rejeter, l'interdiction de ces « thérapeutiques » serait une bonne chose, les dégâts causés par ces pratiques sont souvent irréversibles (dans plus de 40 % des cas), bien qu'excellents pour les finances des hôpitaux « spécialisés » et l'industrie pharmaceutique !

Soyons réalistes, neutraliser les effets hypnotiques de la terreur ou simplement de la peur n'est pas chose facile. Voyons en premier les cas d'individus isolés.

Avant tout, il faut neutraliser l'origine de cette terreur, ce qui demande souvent l'intervention des forces de police (enfants maltraités, femmes battues, etc.) ou de la presse (seul contre-pouvoir sérieux face aux abus de certains policiers ou magistrats).

Après ceci, placer la victime sous hypnose profonde (4e degré), par fascination de préférence et lui transférer un maximum d'énergie pour rétablir durablement son taux de vibrations astrales initial.

Ceci terminé, faire régresser le patient à son état fœtal et le ramener progressivement à la période où la (ou les) personne responsable de ses problèmes a commencé sa tyrannie, ses violences ou son chantage.

Votre patient étant dans l'astral, lui faire conserver sa personnalité initiale (ne jamais chercher à changer une personnalité : action négative dangereuse) et observer en « spectateur » les actions dont il a été victime (souvent les victimes se culpabilisent de s'être laissées dominer sans avoir eu la force de réagir).

Le rassurer sur sa situation actuelle, le convaincre qu'il reprend le contrôle de sa personnalité, qu'il est à nouveau libre et qu'il a la force de se défendre face aux problèmes de la vie, que ses difficultés sont du passé et que tout repart sur des bases nouvelles.

Par suggestion post-hypnotique, lui enlever ses angoisses sur les évènements qui l'ont traumatisé(e) et qui risquent de lui revenir en mémoire ou que certains événements de la vie lui rappelleront. Lui suggérer qu'en individu responsable il est devenu parfaitement indépendant, libre de ses choix et de ses décisions. Le relaxer et le sortir lentement de tout effet hypnotique.

Très important : cette intervention, pour être efficace, doit être pratiquée sous un degré d'hypnose des plus profonds, dans tous les cas, supérieur à celui atteint par le degré de terreur dont il a été victime.

D'énormes précautions doivent être prises pour la mise sous hypnose profonde en raison de l'état d'angoisse qui résulte de la peur vécue intérieurement. Ne pas hésiter à pratiquer quelques séances de relaxation psychosomatique en cas de doute. Après cela, une ou deux séances d'hypnose très profonde suffisent.

De telles interventions sont rendues très difficiles pour les affaires de police ou de justice : l'isolement de la victime (souvent accusé) rend impossible tout contact, de nombreux progrès restent à faire en ce sens !

Pour neutraliser les effets hypnotiques sur un groupe d'individus ou d'une population un seul moyen : pratiquer une hypnose par suggestion avec effet d'osmose avec plus de force que celle qui est à l'origine de son état.

La « contre suggestion » a pour but de soustraire un ensemble d'individus aux diktats terroristes d'un tyran ou gourou pour les rendre libres de leurs actions et de leurs choix.

Il est très important de bien savoir « canaliser » l'effet d'osmose dans la foule, de savoir s'appuyer sur des personnes particulièrement réceptives. Il faut reprendre un par un les éléments ayant provoqué l'effet d'osmose par la terreur et les « retourner » contre et ceux qui en sont les auteurs. L'effet boomerang des « formes de pensées », que nous avons déjà vu, trouve ici toute son application.

Attention, de telles pratiques mettent en œuvre des forces colossales qui ne sont pas toujours faciles à maîtriser. Une fois l'effet d'osmose amorcé, tout va très vite : ne jamais pousser une foule à la vengeance, vous risqueriez d'en perdre le contrôle et de provoquer des massacres. Malgré le mal qui lui a été fait, vous devez protéger la population d'elle-même en insistant sur l'esprit de tolérance, le pardon et la volonté de paix.

C'est en ce sens que devraient agir tous les « meneurs d'hommes » sincères avec des idées positives. Hélas, bien souvent, des entités négatives se servent du malheur des populations pour provoquer des manifestations tapageuses, voire des révolutions, et instaurer un régime encore plus tyrannique (voir en Amérique du Sud, en Afrique et au moyen orient, sans oublier l’ex-URSS).


M N
Les deux techniques d'hypnoses : par procédés chimiques ou par la terreur sont extrêmement dangereuses et devraient être formellement interdites et classées comme des actions criminelles, même et surtout si elles sont pratiquées par des « médecins », policiers ou toutes autres personnes de la fonction publique. Le Code pénal prévoit des sanctions contre la violence, malheureusement le plus grand nombre échappe à la justice, surtout lorsque, comme dans certains pays, elles sont l’œuvre des Chefs d’État eux-mêmes.
Le danger de mort est certain pour ces deux pratiques.
À interdire formellement ! 
Zone de Texte: Qui parle de mystère ?
Zone de Texte: Pierre Brayard
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte: Page suivante
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Page précédente
Zone de Texte:      Sous cette rubrique se trouvent :
					Régressions
					Voyage dans le temps
					Recherches archéologiques
					Médiumnité
					Contacts avec l’au-delà
					Aide aux Comateux
					Transferts d’énergie
					Les formes de pensée
					Neutraliser l’hypnose
					Neutraliser les sectes
					Neutraliser la terreur
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Haut de page
Zone de Texte: Liste des sujets